Enjeux

Dulo, la maison façon Lego

Mots clés : Efficacité énergétique - Lieux de travail - Réglementation thermique et énergétique

La start-up basée à Saint-Malo propose des habitations entièrement reconfigurables et à haute performance énergétique.

La jeune pousse Dulo, spécialisée dans la conception et la construction de maisons individuelles sur mesure, est basée à Saint-Malo. Mais l’idée sur laquelle se fonde son développement est venue à Anthony Esposito alors qu’il travaillait à un projet… au Sénégal. Fin 2013, le jeune entrepreneur crée une société alors spécialisée dans les marchés de rénovation d’hôtels de luxe. En 2014, il répond à un appel d’offres sur la construction de lodges écologiques à Dakar.

« Sur place, je n’avais accès à aucune main-d’œuvre qualifiée et je n’avais pas de source énergétique à disposition », se souvient Anthony Esposito. Des contraintes qui l’amènent à inventer une solution efficace énergétiquement et facile à monter. Le résultat de cette équation, c’est la marque Dulo, qui donne son nom à la start-up.

« Pour le projet de Dakar, j’ai pensé à utiliser le bloc isolant, explique l’entrepreneur. Mais c’est une solution chère et pas si simple à monter. J’ai donc couché sur le papier ma propre conception du matériau, et imaginé une bibliothèque de blocs de différentes formes à emboîter comme des Lego. » Le fondateur se rapproche d’un industriel pour les faire fabriquer. En janvier 2015, il décide de se consacrer exclusivement au développement de ce nouveau concept. « Nous imaginons alors une gamme de maisons allant de 90 à 300 m², entièrement reconfigurables par le client », explique Anthony Esposito. Le principe : des maisons de designer à « prix malin » et à haute performance énergétique.

Une villa de designer à « prix malin », pose comprise dans l’offre.

Pour son fondateur, Dulo, qui a obtenu cinq avis techniques, est en effet capable de répondre aux exigences des futures réglementations thermiques. L’entreprise met également les bouchées doubles afin de rendre la solution pratique pour le client : celui-ci peut utiliser un configurateur sur le site web de la start-up pour « construire » et visualiser son projet ; par ailleurs, la pose est comprise dans l’offre. « Nous nous appuyons sur un réseau d’artisans locaux agréés Dulo », explique Anthony Esposito, qui connaît parfaitement le monde du bâtiment. Formé aux Compagnons du devoir, il est aussi diplômé en architecture d’intérieur.

Améliorer la pré-industrialisation. En 2016, la société a vendu sept maisons, dégageant un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros. Son fondateur a par ailleurs reçu le prix de la création d’entreprise aux troisièmes Victoires de la Bretagne (voir photo) . En 2017, une trentaine de maisons devraient être signées, pour cinq millions d’euros, et une levée de fonds de plus de 1 million d’euros devrait être concrétisée au premier trimestre. Mais les objectifs de Dulo ne sont pas que financiers. « Nous devrions ouvrir, à raison de deux à trois par an, seize magasins baptisés les “Dulo stores”, explique Anthony Esposito. Ils serviront de points de vente, d’espaces de conseil et de showrooms. » En 2017, deux de ces magasins devraient être inaugurés en Bretagne et en Vendée. Et ce n’est pas tout : « Nous finaliserons en début d’année un partenariat avec un industriel important pour améliorer la pré-industrialisation. » Un procédé qui, bien sûr, permettra de réduire au maximum le temps de construction des maisons. Bref, tout ce qu’il faut pour que Dulo sorte du lot.

2013 : création

13 salariés

5 M€ : objectif de CA en 2017

750 000 € : levées de fonds en 2016

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Prometteuse - L'avis de l'expert

« L’atout de cette start-up, c’est que son offre va de la conception de la maison jusqu’à sa livraison, le tout à un prix compétitif. Dulo me semble animé par une bonne équipe, très maligne. Toutefois, il y a quelques points de vigilance. Il faut déjà étoffer l’offre de modèles dans le configurateur et être encore plus précis sur le chiffrage. Il est par ailleurs envisageable qu’un grand groupe mette les moyens pour reprendre le modèle développé par Dulo. Mais la dynamique est bonne. Dulo pourrait profiter dans quelques années de la généralisation du BIM et du carnet de santé du bâtiment. »

Yann Gozlan, expert au concours Tremplin Entreprises de l’Essec.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X