Régions

Drôme-Ardèche Une situation contrastée

Mots clés : Collectivités locales - Gestion de l'entreprise - Maison individuelle

Allongement des carnets de commandes au 1er juin. 300 pertes d’emplois sur un an.

« Notre enquête de conjoncture du mois de juin marque une inflexion positive de l’activité », se réjouit Jean-Marie Busseuil, président de BTP 07/26. Avant de pondérer : « L’opinion des chefs d’entreprise s’améliore, mais pour certains une nouvelle dégradation est annoncée. » La faute incombe à un carnet de commandes moyen qui, s’il se redresse sensiblement, ne donne pas pour autant une visibilité illimitée.

En Drôme-Ardèche, la reprise saisonnière est cependant marquée. Les effectifs ont légèrement progressé par rapport au début de l’année, ce qui n’empêche pas les pertes d’emplois, sur un douze mois, d’atteindre 2 % soit 300 emplois. Dans le bâtiment, la construction neuve est favorablement orientée dans la Drôme grâce à la maison individuelle alors qu’elle est en recul dans l’Ardèche. Les travaux d’entretien en revanche sont bien orientés.

« Face à une activité insuffisante, qui conduit à une guerre des prix suicidaire, BTP 07/26 donne la priorité à la restauration des marges pour assurer la survie des entreprises », insiste Jean-Marie Busseuil. Le syndicat a signé une dizaine de conventions avec les collectivités locales drômoises – ce sera bientôt au tour de l’Ardèche – pour la détection et l’élimination des prix anormalement bas.

Une première expérience satisfaisante

La première convention signée avec la ville de Valence est opérationnelle depuis le 1er janvier. A l’expérience d’une vingtaine d’opérations, cette convention fonctionne correctement. « Globalement elle passe bien précise Bernard Gervy, président de la section Travaux publics de BTP 07/26 tant du côté de la ville que des entreprises. »

En revanche, BTP 07/26 déplore une dégradation, depuis trois ans, des délais de paiement dans les marchés publics malgré l’existence d’un certain nombre de conventions avec les collectivités sur l’usage de la lettre de change relevée ou du paiement à 30 jours par exemple. Voila qui constituera un deuxième chantier pour le syndicat général des entrepreneurs et artisans de bâtiments et de travaux publics qui rencontre des résistances à l’application de la LCR…

Pour les travaux publics, la reprise constatée est liée à l’effet TGV Méditerranée. « Fruit d’un travail de longue haleine du syndicat, de nombreuses entreprises locales interviennent sur le chantier », souligne Bernard Gervy. En nombre et pour des montants de commande encore insuffisants. Les travaux des collectivités locales sont également de bonne tenue. L’opération conduite avec le Crédit local de France « bouclée en un mois seulement » a permis de consentir 50 millions de prêts aux collectivités les plus modestes : « 60 % en Ardèche contre 40 % pour la Drôme ».

Programmation mieux équilibrée

Face à une activité de plus en plus saisonnière, aggravée par un notable raccourcissement de la durée des travaux imposé par les maîtres d’ouvrage publics, Bernard Gervy appelle à une programmation mieux équilibrée de la commande publique. Et de citer les efforts en ce sens du conseil général de la Drôme.

TABLEAU : UNE AMELIORATION DE L’ACTIVITE

Le carnet de commandes moyen se redresse avec un mouvement plus marqué dans les travaux publics – TGV Méditerranée oblige – et le second oeuvre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X