Architecture et urbanisme Logements sociaux

Dix maisons en bande (très) organisée

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Bois - Logement social - Technique de construction

A Saulx-les-Chartreux (Essonne), les maisons livrées par l’agence Jean & Aline Harari se distinguent par leur système constructif préfabriqué en panneaux de bois et leur exécution particulièrement soignée.

Elles font front commun. Les dix maisons individuelles livrées en décembre dernier par l’agence d’architecture Jean & Aline Harari, dans la zone d’aménagement concertée (ZAC) du Moulin, à Saulx-les-Chartreux, ont été construites en bande très organisée. Sur la nouvelle voirie de cette extension de bourg, elles affichent une façade graphique quasi continue : le programme d’aménagement refusait l’installation de toute clôture, le seuil de ces logements est donc annoncé par un rang de portiques. Ainsi, dès leur jardinet et avant même d’atteindre le patio dont bénéficie la majorité de ces habitations, les locataires de ces logements sociaux construits pour Immobilière 3F jouissent d’une certaine intimité. Et puisqu’un bienfait n’arrive jamais seul, ces porches réinterprétés intègrent discrètement ce qui habituellement enlaidit les entrées : coffrets de gaz et d’électricité, boîtes aux lettres, etc.

La signature Harari

Loin d’être anecdotique, ce détail révèle toute l’attention portée à ces maisons qui, pour être sobres, sont soignées jusque dans leurs moindres aménagements. Un souci qui, apparemment, est la signature de l’agence Harari. Ainsi, tandis que le chéneau incrusté dans la façade permet de protéger la descente d’eau pluviale des coups, la toiture est en zinc assemblé à joints debout. S’il est plus coûteux que les bacs acier, ce métal a en effet l’avantage d’être plus pérenne. L’exigence de durabilité a également guidé les choix pour le traitement du bardage en Douglas des façades. « Sa lasure a permis de le prégriser. En vieillissant, il conservera donc une teinte uniforme », remarque Franck Lemoine, l’architecte chef de projet. L’utilisation du bois fait aussi partie de la marque de fabrique de Jean et Aline Harari. Et leur intérêt pour le matériau ne se limite pas au seul épiderme des bâtiments.
Pour réaliser ces maisons, mais aussi l’immeuble collectif de 49 logements en cours d’achèvement de l’autre côté de la rue, les architectes ont opté pour une structure en panneaux de bois KLH. Ces éléments composites en multiplis d’épicéa, mis en œuvre pour les murs et les planchers, agissent comme des voiles. « La structure est moins épaisse qu’avec du béton, mais son isolation thermique est équivalente, si ce n’est meilleure », estime Aline Harari. Plus massif qu’une charpente bois, ce système jouit, par conséquent, d’une bonne inertie et devrait assurer aux logements un confort d’été appréciable. Lors du concours, ce procédé était encore peu répandu, et les architectes avaient prudemment envisagé une alternative « béton » pour le projet. Maintenant que l’opération touche à sa fin, 3F juge l’expérience concluante. D’ores et déjà, le bailleur compte, parmi ses programmes en cours de réalisation, d’autres projets utilisant le même procédé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : 3F. Assistance à maîtrise d’ouvrage HQE : Bio-Concept Conseil. Maîtrise d’œuvre : Jean & Aline Harari, architectes. BET : Tekhne (TCE), Vimen (charpente bois), Alhyange (acoustique). Principales entreprises : Altibois (charpente, bardage, couverture, menuiseries extérieures), VM Constructions (VRD, terrassements, gros œuvre), Taquet Cloisons (menuiseries intérieures, cloisons). Surface (maisons et collectif) : 4 014 m² Shon. Coût de construction (maisons et collectif) : 6,86 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X