Management et prévention

Discrimination : partage de la charge de la preuve

Cour de cassation, chambre sociale, 15 octobre 2008, n° 07-40 064, Mme X c/sté CGEA

Une salariée est laissée sans travail à l’issue de son congé-maladie, puis licenciée pour insuffisance professionnelle. S’estimant victime de discrimination, elle attaque son employeur en justice. L’employeur est condamné à divers titres mais conteste surtout la violation du principe d’égalité de traitement, en soutenant que les faits n’étaient pas établis.

QUESTION La salariée devait-elle établir la violation du principe « à travail égal salaire égal » ?

RÉPONSE Non. Il incombe simplement au salarié de soumettre au juge les faits qu’il considère discriminatoires.

COMMENTAIRE En matière de discrimination, la charge de la preuve est partagée : le salarié fait dans un premier temps état de la différence dont il se plaint. A l’employeur, ensuite, d’établir que cette différence est motivée par des éléments objectifs. En matière de rémunération il doit, par exemple, justifier d’éléments tenant à la nature et la qualité du travail fourni, par comparaison avec d’autres salariés dans une situation identique.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X