Régions

Dijon Id’ées marie économie de marché et insertion

Mots clés : Conjoncture économique - Hygiène et sécurité du travail

Le 20e anniversaire du groupe d’insertion par l’économique Id’ées coïncide avec l’entrée au capital du groupe April. Un apport de 1,9 million d’euros fait de l’assureur le deuxième actionnaire (26 %) derrière les fondateurs (32 %). L’entreprise dijonnaise trouve de nouveaux moyens pour poursuivre son déploiement sur le territoire hexagonal. Id’ées s’est déjà implantée dans vingt-deux départements à travers une trentaine de filiales et établissements secondaires, principalement dans l’est, l’ouest et le centre. Le sud du Lyonnais et le « 93 », deux bassins d’emplois en difficulté, figurent parmi ses prochaines conquêtes. « Nous allons là où il y a une demande des pouvoirs publics et une économie de marché », indique Pierre Choux, le fondateur. Le groupe accueille en permanence plus de 4 000 personnes.

Stratégie d’alliance

Secteur historique d’Id’ées, le second œuvre du bâtiment pourrait voir de nouveaux développements à travers une alliance avec un grand groupe du BTP. « La difficulté de recruter des cadres plafonne notre développement dans ce secteur qui offre encore beaucoup de débouchés », affirme Pierre Choux.

La stratégie d’alliance avec les grands groupes s’est déjà concrétisée de longue date avec Adecco. Grâce à ce major de l’intérim, la filiale spécialisée d’Id’ées (BTP, industrie et services) s’est hissée au premier rang des métiers du groupe avec 62 % du chiffre d’affaires, en hausse de 15 % en 2007. « L’intérim facilite une sortie positive de nos salariés en insertion », précise Pierre Choux. 70 % des 4 389 personnes accueillies en 2007 ont décroché un contrat de plus de six mois (deux ans en moyenne) ou une formation qualifiante. Le P-DG loue la clause d’insertion dans les marchés publics. La durée des missions, calquée sur la durée des projets, se trouve automatiquement rallongée.

Nouvelle compétence

Présent dans la gestion des centres de tri de déchets avec Sita Suez, actionnaire à hauteur de 6 %, Id’ées parie sur un fort développement de l’activité de recyclage. La reprise récente, après dépôt de bilan, d’ACN et de ses 50 équivalents temps plein, ajoute une nouvelle compétence : l’entreprise d’insertion de Saône-et-Loire spécialisée dans le génie végétal est connue de la Lorraine au nord des Alpes. Pierre Choux défend avec force sa démarche d’économie de marché qu’illustre son adhésion au Medef. Sur les 35 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés en 2007, la production vendue a progressé de 7,7 % à 28 millions, tandis que les financements publics (5,4 millions) ont reculé de 17 % par rapport à 2006.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X