[TO] Urbanisme et aménagement

Développement durable Un écoquartier autour d’une gare RER

Mots clés : Aménagement paysager - Démarche environnementale - Développement durable - Espace naturel - Rénovation urbaine - Services urbains - Transport collectif urbain - Transport ferroviaire

Brétigny-sur-Orge, en 3e couronne parisienne, va étendre son centre sur une friche industrielle avec un quartier à forte densité, conçu en relation étroite avec les espaces naturels de la vallée de l’Orge.

Aujourd’hui, c’est une friche industrielle de 50 ha donnant sur la vallée céréalière de l’Orge, en bordure ouest de la ville de Brétigny-sur-Orge (Essonne). Derrière l’usine du semencier Clause, il est prévu de construire plus de 1600 logements dans les quinze prochaines années. Une échelle exceptionnelle pour cette commune de 22 000 habitants : « Il y a un très fort enjeu urbain sur cette partie de la ville, située à proximité de la gare RER, explique le maire Bernard Decaux. En 2003, lorsque l’industriel Bayer a envisagé de revendre ces terrains – à l’abandon depuis 1996 –, nous avons négocié le transfert du droit de préemption de l’AFTRP (Agence foncière et technique de la région parisienne) vers la communauté d’agglomération, qui a assuré le portage financier de l’opération. Nous avons pu ainsi retrouver la maîtrise du développement de la ville ».

50 % d’espaces publics. En la matière, la ville de Brétigny-sur-Orge a longtemps marché sur un pied. Coupée par une voie ferrée, la commune s’est étendue à l’est du fuseau ferroviaire, sa partie ouest juxtaposant tissu de faubourgs, bâtiments industriels, et nappes pavillonnaires. Avec l’acquisition des terrains Clause, ce déséquilibre pourrait se résorber par une extension urbaine qui se veut exemplaire sur le plan écologique. « L’une des forces du projet est la façon dont il traduit les orientations du nouveau Sdrif (schéma directeur de la région Ile-de-France), explique Clément Guillaume, chargé d’opérations à la Sorgem (Société d’économie mixte du Val d’Orge), l’aménageur. L’occupation de l’espace, en lisière d’un espace naturel sensible, en applique les principes : maîtrise de l’étalement, préservation des continuités écologiques, développement des mobilités douces et densification du tissu urbain autour du pôle gare. »

Pour préciser l’urbanisation des terrains Clause, la Sorgem a lancé fin 2005 un marché de définition. Lauréate en juin 2006, l’équipe Jam a conçu le projet comme une interface : « A l’échelle du territoire, il permet à la commune de renouer avec les espaces naturels par une prairie centrale ouvrant le tissu urbain sur la vallée de l’Orge et les coteaux boisés. A l’échelle de la ville, la création d’une place au pied de la gare RER fera la soudure urbaine, étirant le centre-ville de l’autre côté de la voie ferrée », explique Jean-Marc Bichat, de l’atelier d’architecture Jam.

Autour de cette place triangulaire, plus de 300 logements et 3 000 m2 de commerces sont déjà attribués. Première étape du projet, la ZAC des Sorbiers sera prolongée vers le sud par la rue du Bois de Chatres, où commerces en pied d’immeubles, bureaux et logements sont programmés dans une série d’immeubles en front urbain. Au nord, le quartier du Mesnil aura une fonction plus résidentielle. Un travail sur les typologies y construira la transition entre immeubles en façade sur le parc et tissu existant de faubourgs sur la rue Clause, par une venelle desservant des habitations jumelées en duplex et triplex. Cette échelle basse mais serrée composera un tissu compact : la densité bâtie atteindra les 80 logements/ha, soit cinq fois celle d’un lotissement pavillonnaire. « Il ne faut pas oublier que le site arrive au pied de la gare RER, où la densité perçue sera celle d’un centre-ville », rappelle Bernard Decaux. Pour faciliter la greffe, le projet mise sur la qualité de ses espaces publics, sur plus de la moitié de l’emprise. Une large partie s’appuiera sur l’ossature végétale conçue par l’équipe Jam.

Doigts verts.La prairie centrale en éventail sur 10 ha se prolongera au sud par deux doigts verts irriguant le quartier-parc du Bois-Badeau. Support des mobilités douces et fenêtre ouverte sur la vallée de l’Orge, ce parc en réseau préservera la biodiversité, mais permettra aussi de gérer les eaux pluviales. Objectif visé : un rejet maximal sur le réseau d’assainissement de 1 litre/hectare/seconde pour tout le site. La nature argileuse des sols se prêtant peu à l’infiltration, les ouvrages de rétention seront multipliés : noues plantées, bassins en décaissé sur la prairie centrale, milieux humides…

Les exigences environnementales concerneront aussi les lots privés, où toitures végétalisées, clairières intérieures et limites plantées atténueront l’imperméabilisation des sols. De même, la cession des charges foncières reste conditionnée à des techniques environnementales dans les constructions (orientation, interdiction du PVC, isolation par l’extérieur, etc.). Symbole de cette urbanisation maîtrisée : un lot « énergie zéro », avec 60 logements passifs ouverts sur le jardin des Sorbiers au nord du site, sera mis en concours courant février.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage/aménageur : Sorgem.

Diagnostic environnemental : Tribu, BET Environnement.

Maîtrise d’œuvre urbaine : Atelier Jam, urbaniste (mandataire) ; Latitude Nord, paysagiste ; mission Morel, BET ; Jeol, éclairagiste.

Date de création des ZAC des Sorbiers (4,2 ha) et Bois-Badeau (46 ha) : juillet 2006.

Coût travaux (espaces publics) : 29 millions d’euros, dont 3,43 millions d’euros sur la ZAC des Sorbiers.

Programmation : 1 600 logements dont 25 % sociaux et 25 % en accession aidée ; 18 000 m2 de services et d’activités ; équipements publics (maison des services publics, gymnase, deux groupes scolaires).

Calendrier de réalisation : 300 logements sur la ZAC des Sorbiers d’ici à fin 2010.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X