[TO] Règles techniques

Deux solutions pour l’isolation Le monomur en terre cuite

Mots clés : Produits et matériaux - Second oeuvre

Les briques, à la fois porteuses et isolantes, ne nécessitent pas d’isolation complémentaire.

La technique constructive du monomur en terre cuite utilise des briques d’une épaisseur de 37 cm, dont les alvéoles et les microcavités améliorent les performances d’isolation thermique. A la fois porteurs et isolants, ces éléments s’assemblent au mortier ou au mortier-colle, avec des joints minces. Dans ce dernier cas, les faces inférieure et supérieure de chaque bloc doivent être rectifiées.

Cette technique est particulièrement utilisée en Alsace ou en Allemagne car elle s’adapte bien aux hivers rigoureux propres à ces régions. L’architecte strasbourgeois Michel Drevet a récemment conçu une telle maison pour un menuisier de Seebach (Bas-Rhin), se chargeant lui-même d’une partie de la construction. Cette solution a été retenue pour l’isolation acoustique et thermique, la simplicité et la rapidité de pose ainsi que l’absence d’isolation complémentaire. Mais c’est surtout le gain de temps qui a été mis en avant. En effet, grâce à son temps de séchage réduit, le mur peut être enduit plus rapidement aussi bien à l’extérieur (monocouche) qu’à l’intérieur (couche de finition) et habité dans les jours qui suivent. Cette réduction globale de la durée du chantier compense le surcoût initial du matériau. Cette maison d’environ 180 m2, de type R + 1, repose sur un sous-sol en parpaings de béton, réalisé par une entreprise locale. En superstructure, les murs sont constitués d’éléments Biomur 37 de Sturm, posés au mortier-colle. Les linteaux de fenêtres, les dalles de balcons et les piliers du portique d’entrée sont en béton armé. D’un point de vue financier, une maison d’une centaine de mètres carrés réalisée en monomur ne coûte que 10 000 francs de plus environ qu’un modèle standard réalisé en parpaings en béton, avec doublage en plaques de plâtre et isolant intérieur rapporté.

FICHE TECHNIQUE

Maître d’ouvrage : particulier.

Maître d’oeuvre : Michel Drevet, architecte.

Travaux : entreprise Muller.

PHOTO : Avec un coefficient K de 0,35 W/m2.K, le monomur ne nécessite pas d’isolation rapportée intérieure. Naturellement insonorisant par sa masse et sa structure alvéolaire, il permet d’atteindre un niveau d’affaiblissement acoustique de 50 dB(A), bruit route.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X