Logistique

Déstockage Des pistes pour écouler ses invendus

Mots clés : Distribution - Produits et matériaux

Proposer de bonnes affaires à ses clients sans écorner son image de marque. Exercice délicat, la braderie est aujourd’hui la méthode privilégiée, mais à l’avenir, la profession ne pourra toutefois pas ignorer l’émergence de nouveaux canaux de vente en ligne…

Dans des proportions raisonnables, l’invendu est inhérent à la bonne gestion de tout commerce. Il renvoie aux notions de stock et de prévision des ventes, à la satisfaction client, et à la relation fournisseur. Impossible en effet pour un distributeur d’être en rupture sur une référence, la prudence imposant une quantité toujours légèrement supérieure à la demande dans le but de fidéliser et satisfaire ses clients. Impossible aussi de parer à toute annulation de commandes dont les produits seront d’autant plus difficiles à écouler qu’ils répondent à un besoin spécifique. Le cycle de vie des références se réduisant, difficile enfin d’anticiper l’obsolescence de certaines que son fournisseur aura décidé de supprimer dans son catalogue ou de remplacer par de nouvelles. Au-delà d’erreurs de gestion ou de contre-performances commerciales, voilà pourquoi l’invendu est et restera intégrer à la gestion courante d’un point de vente.

Le temps des braderies

Le sentiment de culpabilité qu’il peut engendrer levé, toute la question consiste à minimiser leur dépréciation en les écoulant régulièrement voire en les transformant en opportunité commerciale pour ses clients professionnels. En clair sans ternir son image de marque et sans confondre le déstockage avec une campagne de promotions ou de soldes, aux objectifs commerciaux bien différents, en bradant à des moments opportuns.

Comme la promotion et à la différence des soldes dont les dates et les conditions sont réglementées selon les régions, le déstockage peut être pratiqué toute l’année. Il intervient souvent au moment des inventaires où les invendus sont identifiés en qualité et en quantité : une fois l’an lorsque ce dernier est annuel, ou à intervalles plus fréquents s’il est tournant et répétitif dans l’année, voire en temps réel à l’aide d’outils informatiques adaptés (lire Négoce n° 286 p. 61)....

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 290 du 20/01/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X