[TO] Règles techniques Travaux souterrains

Des tirs d’explosifs maîtrisés en plein centre-ville

Le tunnel routier de la Croix-Rousse est situé en plein cœur de Lyon. Autant dire que le percement du second tube de 1 760 m, conçu comme galerie d’évacuation du tunnel et comme traversée souterraine pour les modes de déplacement doux (piétons et bus), devait se faire le plus discret possible vis-à-vis du voisinage. L’excavation étant pratiquée en partie à l’explosif, le groupement d’entreprises a cherché à optimiser la sécurité et le confort.

Une unité mobile de fabrication d’explosifs (Umfe) a été utilisée pour creuser un peu plus de 1 000 m côté Saône. « Cette machine permet de fabriquer l’explosif sur place à partir d’une matrice mère et de deux réactifs, explique Adrian Orts, ingénieur travaux pour Spie Batignolles TPCI, membre du groupement. Le mélange ne devient explosif qu’une fois inséré au fond du forage. » Une garantie pour la sécurité.

Bâtiments instrumentés

L’unité mobile est équipée d’un ordinateur de bord qui intègre les quantités d’explosifs à mettre en œuvre pour chaque tir selon un séquençage très précis, défini à l’avance. Ce plan de tir tient compte de l’environnement urbain de la Croix-Rousse. A la suite de premiers tirs d’essai, qui ont permis d’évaluer et de contrôler les vibrations sur les habitations au-dessus du champ de tir et sur le tunnel existant (fermé), les séquences de tirs ont été allongées et les charges unitaires réduites. 14 kg de charge unitaire ont été employés pour 900 kg d’explosifs en moyenne, chaque tir durant de 7,5 à 8 millisecondes.
« Tout a été instrumenté », note Adrian Orts. Des capteurs ont été implantés dans les bâtiments sensibles et les mesures relevées après chaque tir. Après 363 tirs au total, « aucun dégât majeur n’a été constaté », hormis la chute de quelques carreaux de la voûte du tunnel actuel. Pour absorber le bruit, un système de bardage a été mis en place à chaque tête du nouveau tube, ainsi qu’un mur antibruit supplémentaire côté Rhône, à proximité d’une école. Des bâches acoustiques ont également été tendues côté Saône.
Toujours par souci de bon voisinage, les séquences de tirs avaient lieu côté Rhône, et durant les trois premiers mois côté Saône, entre 6 h et 22 h du lundi jusqu’au samedi à 14 h, en dehors des jours fériés et de la fête des lumières. A raison d’un tir et demi par jour – alternance d’un tir et de deux tirs sur deux jours -, avec trois équipes de six mineurs, le creusement du second tube de la Croix-Rousse s’est achevé le 15 septembre, avec trois mois d’avance.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Grand Lyon. Mandataire groupement de conception-construction : Dodin Campenon Bernard. Artifices, détonateurs : Kinsite. Matrices, réactifs : Alpharoc.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X