Autres Alain Amédro, vice-président du conseil régional d’Île-de-France

« Des sites fédérateurs où la géographie rejoint la photographie »

Mots clés : Bois - Etat et collectivités locales

Ancien adjoint au maire d’Aulnay-sous-Bois  ville 4 Fleurs de la Seine-Saint-Denis , Alain Amédro livre sa vision d’élu écologiste, mais aussi d’historien géographe spécialisé en urbanisme.

Comment résumeriez-vous la politique paysagère de la région Île-de-France ?
Elle ne s’applique pas seulement aux sites d’exception, mais aussi au cadre de vie quotidien des Franciliens. Le schéma directeur [Sdrif] et la vision prospective Île-de-France 2030 en constituent le socle, au service des deux sens du mot « culture » : l’action de cultiver les esprits autant que celle de cultiver la terre doivent continuer à s’épanouir, y compris en temps de crise. La mise en œuvre de cette politique s’appuie sur l’Agence des espaces verts, qui acquiert des terrains, à la fois pour leur valeur paysagère et pour la préservation des milieux sensibles.
Considérez-vous l’Agence foncière et technique de la région parisienne [AFTRP] comme l’outil adapté à l’aménagement paysager du Grand Paris ?
Le processus de transformation de cet établissement en Grand Paris Aménagement, annoncé par le Premier ministre, n’a pas encore abouti. Oui, l’AFTRP fait partie des outils d’aménagement importants, à côté de l’établissement public foncier et de la Safer...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 376 du 12/02/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X