[TO] Règles techniques

Des plaques à base de ciment plus résistantes

Mots clés : Bâtiment et santé - Béton - Information - communication - événementiel - Produits et matériaux

-L’interdiction de l’emploi de matériaux à base d’amiante a obligé les fournisseurs à modifier totalement leurs productions.

L’annonce, le 3 juillet 1996, de l’abandon pur et simple de la fibre d’amiante a bouleversé les stratégies des industriels du secteur de la couverture en fibres-ciment, mais ne les a pas laissés sans réponse. D’autres pays avant la France avaient franchi le pas. En Italie, l’interdiction de l’amiante remonte à plus de deux ans. Les sociétés Edil Fibro et SIL produisent des plaques de couverture et de sous-tuilage en fibres-ciment renforcées de fibres de PVA (polyvinyle acétate). De même, en Allemagne, la technique du composite ciment-verre (CCV) avait déjà fait ses preuves.

En France, Eternit a opté pour la technique du PVA, déjà exploitée et validée par ses partenaires de Belgique et de Suisse. Quatre unités de production sont opérationnelles. « Nous offrons aujourd’hui des produits de nature différente et de qualité équivalente, voire supérieure, à ceux que nous proposions en amiante-ciment, déclare Henry de Belsunce, directeur marketing d’Eternit. Leur résistance aux chocs est deux à trois fois supérieure à celle des anciens éléments de couverture. »

Résistance accrue

De son coté, Saint-Gobain a constitué une nouvelle entité industrielle de production de plaques de couverture : Nova Tech. Installée dans les locaux désamiantés d’Everite, cette entreprise présente une gamme de plaques et petits éléments de couverture en composite ciment-verre.

Leur formulation est inspirée des produits allemands en Wellcrete. Les premiers produits sont sortis des chaînes en septembre dernier. L’appréciation exprimée par les visiteurs sur Batimat est laconique : « Ca sonne comme une ardoise et ça ne casse pas. » Les plaques Centaure résistent à 600 J, et les Atlas Profil, à 1 200 J.

Cette amélioration de performance est en réalité commandée par la normalisation sur la sécurité apportée par ces produits. La norme NF P 33-303 est attendue dans les prochaines semaines. Elle portera sur la résistance de la plaque à la chute d’un sac de 50 kg d’une hauteur de 120 cm. Le succès à ce test sera obligatoire pour obtenir un avis technique.

En second lieu, cette norme établira le classement de la couverture (structure, fixation et plaque) selon sa résistance à des chocs de 600, 900 et 1 200 J. Les produits sont aussi appréciés selon des normes européennes de résistance au vieillissement et au gel, la NF EN 494.

PHOTO :

La nouvelle norme «obligera» les matériaux à résister à la chute d’un sac de 50 kg d’une hauteur de 1,20 m.

Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X