Management et prévention Compétences

Des outils pour combattre l’illettrisme dans le BTP

Le 29 mars dernier, vingt-trois organismes paritaires collecteurs agréés (Opca) ont signé une charte des bonnes pratiques pour lutter contre l’illettrisme. Hervé Fernandez, secrétaire général de l’ANLCI (1), identifie les étapes clés d’une démarche pour combattre ce phénomène dans le BTP.

Quels sont les axes forts de cette charte ?

L’un des objectifs est de sensibiliser et d’engager les entreprises à la lutte contre l’illettrisme. Nous avons proposé aux Opca signataires de se retrouver autour de repères communs sur la manière d’évaluer le niveau des personnes confrontées à l’illettrisme, mais aussi de retenir les solutions qui ont fait leurs preuves. A cet effet, un portail Internet (www.fpp.anlci.fr) propose aux employeurs des conseils pour agir et un recueil de bonnes pratiques. Différents outils de sensibilisation sont capitalisés et mis en ligne sur ce site. D’ici à la fin 2011, nous mettrons aussi en place une attestation qui sera délivrée au salarié à l’issue d’une formation aux savoirs de base. Les Opca signataires se sont en outre engagés à utiliser le référentiel des compétences clés en situation professionnelle, afin de proposer des parcours cohérents aux salariés.

En quoi consiste ce référentiel ?

Cet outil permet de repérer plus facilement les situations de travail exigeant la maîtrise des compétences de base, et ainsi de mieux cerner les besoins en formation. Le BTP utilise ce référentiel pour proposer aux salariés des formations sur mesure.

Quels sont les freins à la lutte contre l’illettrisme en entreprise ?

Ce n’est pas tant de prendre conscience du problème, souvent révélé par certaines situations de blocage (par exemple une perte de temps, un mauvais calcul de matières premières entraînant un surcoût pour l’entreprise ou encore le refus d’une formation pour devenir chef d’équipe), mais plutôt d’y voir clair sur les besoins de formation des salariés concernés. Autre difficulté : aborder le problème avec ces derniers. Les Opca peuvent ainsi aider les employeurs à dépasser ces obstacles et à choisir la formation adaptée.

Quelles sont les clés d’une démarche réussie ?

Il faut éviter de dissocier le projet de lutte contre l’illettrisme du projet économique de l’entreprise et des enjeux de sécurité. C’est surtout vrai dans le BTP. Il s’agit ainsi, en se gardant d’une approche paternaliste, de partir des situations à problèmes dans l’entreprise, en proposant des formations centrées sur les savoirs de base, mais liées à l’univers professionnel des salariés. Grâce à ces formations, les équipes gagnent en autonomie. Cette première étape permet au salarié de progresser, et ainsi de déverrouiller l’accès à des formations plus techniques.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) Agence nationale de lutte contre l’illettrisme.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X