Architecture Réversibilité

Des immeubles génétiquement modifiables

Mots clés : Architecte - Dallage - Ossature

Les architectes élaborent une nouvelle génération de bâtiments mutables, à l’aide d’ossatures poteaux-dalles et de peaux légères.

« La réversibilité est la capacité programmée d’un ouvrage neuf à changer facilement de destination (bureaux, logements, activités… ) grâce à une conception qui minimise, par anticipation, l’ampleur et le coût des adaptations. » Telle est la définition formulée en 2017 par l’agence Canal Architecture dans son livre intitulé « Construire réversible » (lire p. 46-47).

Le bâtiment est un organisme vivant qui doit pouvoir se transformer au fur et à mesure des besoins.

D’autres préfèrent parler de mutabilité, estimant qu’un édifice ne doit pas se limiter à deux versions, A puis B et vice- versa, mais offrir la possibilité de prolonger l’alphabet avec des versions C, D, E… en fonction des besoins futurs. « Pour faciliter les changements d’usage, il faut construire rudimentaire », estime Jean-François Blassel. L’architecte-ingénieur prend exemple sur les bâtiments industriels reconvertis en lieux d’habitation ou d’activité tertiaire grâce à leur système constructif simple et flexible. Il recommande donc la mise en œuvre d’une ossature poteaux-dalles, couplée à une façade légère composée d’éléments démontables, transposables et recyclables (lire « Le Moniteur » du 2 mars, p. 50-54).

Architecture générique....

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5966 du 09/03/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X