Régions

Des formes nouvelles de développement

« Le TGV qui nous met à 1 h de Paris, à 35 mn de Bruxelles, à 1 h 30 de Londres, les grandes opérations telles qu’Euralille, Eurasanté, la Haute-Borne, bientôt Euratechnologies sont des investissements structurants de long terme qui n’ont pas encore porté tous leurs fruits », assure Alain Cacheux, adjoint au maire de Lille et vice-président de LMCU. Acteurs économiques et élus veulent croire que le développement va s’accélérer et prendre des formes nouvelles. Lille, où l’afflux récent de touristes – notamment étrangers – a frappé les esprits, va accueillir un casino. La visibilité médiatique nouvelle, notamment grâce à «Lille 2004, capitale européenne de la culture », permet de miser sur des implantations de sociétés étrangères et peut-être aussi sur des « délocalisations » d’institutions européennes. La création de l’agence ferroviaire européenne pour la sécurité et l’interopérabilité est une première étape. Mais la proximité de Paris joue un rôle déterminant dans l’essor lillois. « Le destin de Lille est inscrit dans l’avenir très prometteur du bassin parisien », affirme un aménageur. Il remarque que pour les implantations tertiaires, Lille est souvent en concurrence avec… la périphérie de Paris.

115 000 m 2

C’est la surface moyenne annuelle des transactions de bureaux. Euralille pèse seulement 12 % du marché.

«L’agglomération est éparpillée, plusieurs bonnes adresses tertiaires coexistent», dit Daniel Dorchies, président régional de la FNPC.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X