Architecture et urbanisme

Des écoquartiers pour gommer les fractures

La coupure infranchissable des voies ferrées à l’ouest de Calais a isolé successivement la ville-centre des quartiers Saint-Pierre, Coubertin, de la plage… Sur cette emprise, les urbanistes proposent de créer des quartiers mixtes d’habitation avec des petits collectifs. D’une densité de 50 à 60 logements à l’hectare avec des gabarits de R 3 à R 4, ils permettront d’attirer en centre-ville les futurs habitants tentés par les franges urbaines extensives. La création d’un boulevard périphérique le long des anciennes voies fournira une nouvelle entrée à la ville et un tracé au futur transport en commun en site propre. Premier à partir, l’écoquartier Coubertin (ci-dessous) est en cours de programmation. L’EPF acquiert le foncier pour la ville. Au sud de l’arc ouest, les quartiers pavillonnaires des Fontinettes et des Cailloux pourront être désenclavés par la création d’un nouveau quartier mixte, peu dense – 30 et 40 logements à l’hectare -, qui fera la couture avec le quartier Saint-Pierre né de l’industrie dentellière. La gare des Fontinettes deviendrait un pôle multimodal grâce à l’accueil du futur tramway à l’étude. Les canaux sont une autre fracture de la ville. Outre les aménagements paysagers classiques permettant de les valoriser, la Ville parie sur la création de logements en bord de canal. L’écoquartier Descartes est le premier exemple. Face à la Cité de la dentelle, sur les 3,5 hectares d’une friche industrielle détenue par l’OPHLM, la Centrale de création urbaine et H4 imaginent ici 350 à 480 logements en première phase. La vue est imprenable sur le canal et le bâtiment conçu par les architectes Henri Rivière et Alain Moatti.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X