Technique et construction durable

Des bactéries dopées pour surveiller l’eau

Testés sur un ancien site industriel, les biocapteurs informent en temps réel sur l’état de la nappe phréatique.

Utiliser des bactéries naturellement présentes dans la nappe phréatique pour suivre la dépollution en temps réel, tel est le procédé mis en place par Enoveo à Quincieux (Rhône), à 30 km au nord de Lyon. Cette société spécialisée dans le traitement de sites et sols pollués teste depuis deux ans ses bio capteurs sur l’ancien site de l’entreprise JEC. D’une surface totale de 11 000 m², celui-ci comporte des zones fortement polluées par l’activité de la société, qui utilisait un traitement de surface à base de solvants chlorés et de produits dégraissants. En liquidation judiciaire, le fabricant de mobilier métallique a définitivement fermé le site en 2004, sans pouvoir assumer les coûts liés à la dépollution.

Quelques années plus tard, une pollution persistante a été constatée : « Le perchloro éthylène (PCE) et le trichloro-éthylène (TCE) présents dans le sol avaient migré, contaminant ainsi les captages d’alimentation en eau potable situés en aval », explique Olivier Sibourg, l’un des quatre associés et fondateurs d’Enoveo. Après une série d’arrêtés préfectoraux imposant de nouvelles prescriptions de dépollution, l’Etat a pris le relais à travers l’Ademe, qui endosse ainsi le rôle de maître d’ouvrage des opérations sur le...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5954 du 22/12/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X