Entretien

Défrichage. Les débroussailleuses réduisent leurs nuisances

Mots clés : Etat et collectivités locales

Universellement adoptée par les entreprises et les collectivités, la débroussailleuse semble avoir toujours existé. Aujourd’hui en pleine maturité, ce bijou de technologie s’est réellement développé au début des années 1980.

L’image initiale de « faux à moteur » a fait long feu. Certes, le mouvement latéral donné à la débroussailleuse à bras ressemble au geste du faucheur. Mais l’outil motorisé sert bien à défricher le sol, ce qu’une faux ne peut faire ; et, depuis son lancement, il a aussi appris à couper l’herbe, étendant encore ainsi ses possibilités. Une débroussailleuse, c’est un bloc moteur monté sur un tube suspendu à un harnais, dans lequel tourne un arbre qui entraîne un outil rotatif près du sol. Les toutes premières machines répondant à cette définition résultaient souvent d’une adaptation sur un bloc moteur de tronçonneuse. Sans doute lassés de remplacer chaînes et guides usés prématurément lors de travaux trop près du sol, les professionnels du défrichage ont inspiré l’éloignement du moteur par rapport à l’outil de coupe, devenu pour la circonstance une lame de scie circulaire.

Pour le gazon également.

Puis sont apparues les têtes à fil nylon, directement inspirées de celles utilisées sur les appareils de finition de pelouse. En jouant sur la section du fil et son diamètre, il est possible d’adapter l’outil à un travail...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 374 du 10/11/2014
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X