Régions Nantes

De la verdure et de la vie dans l’ancienne prison

Mots clés : Établissements pénitentiaires et judiciaires - Gros oeuvre - Rénovation d'ouvrage - Télécommunications - Vélo

100 M€

Budget du département Loire-Atlantique pour relier 108 000 particuliers et entreprises au très haut débit d’ici à 2020.

45 km

Longueur totale du réseau de chaleur de Brest après les travaux d’extension qui seront entrepris cette année.

7 %

Part des actifs de Tours allant travailler en vélo. Soit la 5e place nationale, juste derrière Rennes (7,3%).

« Dans les prisons de Nantes, y avait un prisonnier », dit la chanson populaire. De l’histoire ancienne : non seulement il n’y a plus de prisonniers depuis 2012 dans l’ancienne maison d’arrêt du centre-ville, mais en 2020, les 12 600 m2 aujourd’hui vacants accueilleront un projet urbain remarquable.

Cette lourde reconversion (22 millions d’euros HT de travaux) a été confiée à Cogedim Atlantique, associé au groupe Histoire et Patrimoine et à deux cabinets d’architectes : Tandem +, qui connaît le site pour avoir réalisé son diagnostic, et DTACC à qui l’on doit – également avec Cogedim – la transformation de l’ancien palais de justice voisin en hôtel de luxe. La sélection s’est faite à l’issue d’une procédure de dialogue compétitif très relevée puisque quelques points seulement ont séparé le projet lauréat de celui proposé par Ataraxia (associé à Julien De Smedt et THE architectes). Participaient également au concours Eiffage Immobilier (avec Leibar & Seigneurin et Urban Maker) et Link-city (avec Fernandez & Serres et Enet-Dolowy). « Trois auditions successives des quatre équipes nous ont permis d’aboutir à un projet très élaboré », se félicite Alain Robert, adjoint au maire chargé des grands projets urbains.

Un verger et des jardins partagés. Le portage foncier de l’opération a été réalisé par l’Agence foncière de Loire-Atlantique, qui revendra la parcelle 5,2 millions d’euros au promoteur. Sur 160 appartements, 77 devraient trouver preneur au prix moyen de 6 000 euros/m2 , et 83 logements sociaux seront cédés en Vefa à Nantes Métropole Habitat qui expérimentera plusieurs logements partagés à destination de personnes âgées. Dans un esprit de mixité intergénérationnelle, ces logements seront situés au-dessus d’une crèche de 467 m² pour 40 enfants.

DTACC assurera la maîtrise d’œuvre des logements privés, tandis que Tamdem + a été chargé des logements sociaux et de la crèche. Côté stationnement, conformément au cahier des charges, le projet prévoit 252 places publiques en souterrain (rachetées 15 870 euros la place par la Ville) en plus des 147 places privées nécessaires aux nouveaux logements.

L’îlot sera marqué par une très forte présence du végétal, avec notamment des arbres en pleine terre en son cœur, mais aussi un verger et des terrasses végétalisées dont trois accueilleront des jardins partagés. Conçus par Topager, ces espaces verts se-ront gérés par l’association nantaise Bio-T-Full.

Enfin, sur une proposition de Cogedim, l’ancien pavillon du greffe sera transformé en théâtre de 250 places. « Ce lieu était fermé, minéral et symbole de privation, il deviendra ouvert, largement végétalisé, et ce sera aussi un lieu de vie et de joie avec le théâtre », a résumé Jérôme Beauvois, directeur général de Cogedim Atlantique, qui espère obtenir le permis de construire avant l’été. Pour réduire les nuisances du chantier, qui commencera à la fin de l’année par trois mois de démolition, les murs d’enceinte seront conservés pendant une grande partie de l’opération et les camions suivront un circuit déterminé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X