Régions Méditerranée

Dalkia innove

Mots clés : Entreprise du BTP

Dalkia Méditerranée va commencer cette année la construction d’une installation de géothermie. Elle alimentera le site tertiaire aménagé par la Société d’économie mixte d’aménagement de Gardanne (Semag) sur l’ancienne mine de charbon de cette ville des Bouches-du-Rhône. La direction régionale du groupe d’énergie y développera un procédé de valorisation des eaux d’ennoyage de la mine. Présenté comme unique en France, il vient d’obtenir le label Flexgrid. Pour l’exploiter, Dalkia est coactionnaire d’une société créée avec la Semag. Ce projet est l’un des nombreux portés par l’entité régionale, qui attend pour 2017 un chiffre d’affaires de 345 millions d’euros (+ 3 % par rapport à 2016) et dont les 1 200 collaborateurs interviennent sur un territoire situé entre Perpignan (Pyrénées-Orientales) et Monaco.

Thalassothermie. La métropole Nice Côte d’Azur fait partie des priorités de Dalkia Méditerranée. Son directeur Serge Burtin voudrait y déployer la thalassothermie. Massileo, le réseau de géothermie marine lancé par le groupe en octobre à Marseille, servira de démonstrateur. Bien que le procédé séduise, son principal handicap réside dans son coût élevé comparé à celui des énergies fossiles, notamment le gaz. « Les projets sur lesquels nous nous positionnons sont très capitalistiques, explique Serge Burtin. Dans un contexte énergétique défavorable, les solutions innovantes nécessitent des aides financières qui ne sont pas toujours à la hauteur. » Dalkia espère trouver un autre débouché à son dispositif en se positionnant sur le projet des Fabriques, vaste îlot de 14 ha à aménager sur Euroméditerranée 2, à Marseille.

L’opérateur planche aussi sur la récupération de la chaleur des data centers très énergivores, implantés dans l’enceinte du port de Fos-Marseille. Plus au nord, il installera la boucle électrique du réacteur de fusion nucléaire du programme Iter, à

Cadarache (Bouches-du-Rhône). Ce marché pourrait représenter plus de 10 % de son chiffre d’affaires sous trois ans.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X