Actualité

Convoyeurs à béton embarqués Theam conforte sa vocation mondiale

Le créneau de Theam, c’est le tapis convoyeur à béton embarqué, un outil dépliable qui permet de vider les camions malaxeurs. La société de Bouguenais, en périphérie de Nantes, revendique le premier rang mondial sur cet outil. En 2007, elle a connu une croissance de 25 % atteignant 14,2 millions d’euros de chiffre d’affaires. Sur les quatre derniers exercices, la progression moyenne s’établit à 29 % par an. Quant au résultat net 2007, il ressort à 1,3 million d’euros, en progression de 53 %.

Nouvelles unités en Asie. Champion de l’export, avec 65 % des ventes dans 45 pays, Theam a connu une belle progression en France, soutenue par le bon niveau d’activité du BTP. L’entreprise estime sa part de marché à près du tiers des 6 000 camions toupies circulant en France. « Le marché est bien équipé mais il ressent le besoin de produits innovants », analyse Henri-Bruno Levesque, le P-DG, qui annonce la sortie d’un nouvel appareil à goulotte pivotante augmentant la zone de livraison de 35 %.

En 2008, le dirigeant entend pousser les feux au grand export. Une filiale de production sera ouverte en Chine à Qingdao (Shandong) dans le sillage d’une représentation mise en place par le conseil régional des Pays de la Loire.

Theam s’implantera parallèlement à Cennai (ex-Madras) en accord avec Stetter India, spécialiste des toupies et des process du béton. Pas question d’établir une joint-venture, « c’est le meilleur moyen d’être copié », estime Henri-Bruno Levesque, pour qui une production en Asie est un facteur de crédibilité. Theam prévoit enfin la création d’une filiale commerciale au Mexique, pour les marchés d’Amérique centrale et du Sud. Une unité de production dans ce pays n’est pas exclue à terme.

Ces implantations s’ajoutent à un dispositif international déjà fort : filiales en Allemagne et en Thaïlande, forte représentation aux Etats-Unis, bureaux en Espagne, en Italie et en Angleterre et distributeurs dans 35 pays. A terme, Henri-Bruno Levesque envisage de conduire lui-même le développement de l’entreprise en Asie, tandis que son fils Guillaume, directeur commercial pour l’Europe, est appelé à lui succéder.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X