[TO] Social

CONVENTION COLLECTIVE Les métiers de l’eau se structurent

Mots clés : Eau - Monde du Travail - Services urbains

72 entreprises de distribution, gestion et d’assainissement de réseaux d’eau employant quelques 32 000 salariés pourraient se doter à moyen terme d’une convention collective de branche. C’est du moins la décision prise par le syndicat professionnel des distributeurs d’eau (SPDE) réuni en assemblée générale le 14 novembre 1997. « Nous avons donné mandat à notre chambre syndicale pour étudier la faisabilité d’une convention collective de branche pour nos métiers, explique Jean Rossi, délégué général du SPDE. Périodiquement, les pouvoirs publics nous demandaient de nous doter de notre propre convention collective de branche. » Une requête réitérée par Martine Aubry, ministre de l’Emploi. « Nous avons répondu cette fois favorablement, explique Jean Rossi, en raison d’une tentative d’extension de la convention travaux publics aux métiers de l’eau. Nous sommes opposés à l’application de cette convention car nos métiers sont spécifiques et différents de ceux des travaux publics. » Quatre conventions collectives sont en vigueur dans les métiers de l’eau. Chacun des trois principaux groupes du secteur (Générale des Eaux, Suez-Lyonnaise des eaux et Saur-Cise, le pôle Eau du groupe Bouygues) dispose de sa propre convention collective. A ces trois textes, s’ajoute « la convention de 1972 », convention collective interentreprises créée par une quarantaine d’entreprise des métiers de l’eau. « Aujourd’hui, seules quelques PME ne sont pas couvertes, précise Jean Rossi, de sorte que l’on ne peut pas parler de vide conventionnel.» Une pré-étude est en cours. Elle doit permettre d’établir la comparaison des quatre différentes conventions collectives applicables et de définir un contenu minimum permettant une harmonisation des conditions de travail des salariés de la branche et d’arrêter un calendrier. « Au vu de ce travail, nous contacterons en début d’année les fédérations syndicales pour engager des discussions» , précise Jean Rossi.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X