Autres

Construction PPP et piscines au menu de Baudin Chateauneuf

Mots clés : Acier - Contrat de partenariat - Gros oeuvre - Travail

Le spécialiste des ponts et de la charpente métallique s’ouvre à de nouveaux horizons en gagnant ses premiers PPP et en misant sur le marché de la piscine et de l’éolien.

Quel est le point commun entre la machinerie scénique de l’opéra Bastille, les ascenseurs de la tour Eiffel, le barrage sur le Couesnon au Mont-Saint-Michel et la centrale nucléaire EPR de Flamanville ? Tous ces projets ont vu l’intervention de Baudin Chateauneuf. Spécialisée à l’origine dans les ponts et la charpente métallique, l’entreprise basée à Châteauneuf-sur-Loire (45) poursuit sa mue en groupe multi-activité et aborde sans complexe les nouveaux marchés, éolien et PPP notamment. « Nous avons créé un département immobilier en 2006 pour nous engager auprès des personnes publiques, rappelle Damien Colombot, directeur général. Et nous avons renforcé nos compétences juridiques, d’étude et de conception. » Premiers contrats : un bail emphytéotique hospitalier pour une maison de cure (220 lits) à Dainville (62), un autre pour le centre logistique de l’hôpital de Troyes (10), un bail emphytéotique administratif pour un complexe patinoire-cinémas à Béthune (62)… « Nous visons les projets compris entre 10 et 40 millions d’euros dans nos marchés de prédilection. »

Partenaire technique de la FFN

Damien Colombot cible les ouvrages d’art bien sûr mais aussi les piscines, devenues peu à peu des centres aqualudiques. « Dans les années 1970, nous avions participé à l’opération Mille piscines. Cette activité a perduré et représente cinq à dix opérations par an, en construction neuve ou en réhabilitation lourde. » Ces ouvrages offrent l’avantage d’une intervention en « tous corps d’état », de la charpente aux bassins en passant par les ailerons mobiles. Une filiale Eau Air Système a été créée pour concevoir et mettre en œuvre des installations de traitement de l’eau et de l’air pour les piscines à usage public. En parallèle, Baudin Chateauneuf s’est positionné en partenaire technique de la Fédération française de natation, signant un partenariat pour épauler son département équipements.

Continuer à croître

PPP, piscines et marchés liés à l’énergie devraient permettre au groupe de continuer à croître dans un contexte difficile. « Nous avons ressenti un léger creux après les municipales mais notre carnet de commandes est satisfaisant avec douze mois d’activité. » Le directeur général pense atteindre la barre des 250 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008. « Nous sommes plus rigoureux dans la prise de commandes et veillons à maîtriser les risques contractuels, notamment ceux liés à la hausse des prix des matières premières. » Une rigueur payante puisque les 5 % de marge nette devraient être atteints dès l’année prochaine.

5 %

L’objectif de marge nette de Baudin Chateauneuf en 2009. Pour l’atteindre, l’entreprise mise sur la rigueur dans la prise de commandes et la maîtrise des risques contractuels, notamment sur le prix des matières premières.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Damien Colombot, directeur général de Baudin Chateauneuf« Une prestation globale dans la construction de sites éoliens »

Où en est votre participation au chantier de la centrale EPR de Flamanville ?

Nous avons démarré le chantier en juin avec le contrat des ossatures principales (330 millions d’euros), que nous réalisons en groupement avec Quille et Bouygues. Nous sommes chargés de réaliser la salle des machines en charpente métallique, bardage et couverture (environ 35 millions). Ce projet est un défi car c’est un bâtiment techniquement exceptionnel et il s’agit, en France, d’un des premiers projets totalement calculé aux Euro­codes. Nous allons enchaîner avec le contrat des ossatures secon­daires (environ 35 millions) à partir de novembre.

Quelles sont vos ambitions dans le secteur de l’éolien ?

Nous avons débuté dans l’éolien par le transport exceptionnel des éléments de machines avec notre filiale Stex qui s’est équipée de 22 remorques spéciales. Nous avons passé la vitesse supérieure suite à une demande des fabricants Nordex et Repower qui cherchaient des fournisseurs de mâts en France. Nous avons donc développé cette activité dans nos ateliers de Châteauneuf-sur-Loire. Parallèlement, notre filiale Berthold, basée dans la Meuse, réalisait les travaux de fondation des tours d’éolienne. Ne manquait que l’activité de montage, que nous développons aujourd’hui. Nous sommes en mesure de proposer une prestation globale dans la construction de sites éoliens : fabrication des mâts, transport de tous les éléments et montage sur site. Cette année, l’activité représentera 7 millions d’euros. D’ici à deux ans, elle s’élèvera à 15 millions.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X