Actualité

Conjoncture L’activité recule dans le bâtiment

Mots clés : Marché de l'immobilier - Technique de construction

Même s’il affiche encore en novembre 6 mois de carnets de commandes (6,8 dans le gros œuvre et 5,5 dans le second œuvre) dans l’enquête mensuelle de l’Insee, le bâtiment est bel et bien atteint à son tour par la crise. L’année 2008 se soldera par un recul de l’activité de 1 % en volume, sans que l’emploi en soit affecté globalement puisque malgré le recul de 6 000 postes en intérim sur les neuf premiers mois de l’année, le secteur a encore créé 32 000 emplois, vient d’indiquer la FFB.

Il n’en sera pas de même en 2009 : la fédération prévoit un recul de l’activité de 6 % et la perte de 25 000 à 30 000 emplois, y compris l’intérim. L’entretien-amélioration serait en quasi-stagnation (– 0,2 %), tandis que la construction neuve serait en recul marqué (– 12,3 %) : les mises en chantier de logements tomberaient ainsi en métropole à 314 250 unités, après 364 151 en 2008. Entre 2007 et 2009, 110 000 logements en moins seraient donc mis en chantier.

Dans ce contexte, Didier Ridoret, président de la FFB, a appelé de ses vœux une pérennisation de la TVA à 5,5 % au-delà de 2010 et souhaité que les annonces gouvernementales « ne viennent pas aggraver la situation ». La FFB souhaite en particulier la concrétisation des promesses faites sur l’assurance crédit et un étalement sur trois ans de la réduction des délais de paiement. De même, elle refuse une réforme « à la hussarde » de l’amortissement de Robien au profit d’un « crédit d’impôt mal calibré » et estime que proposer une extension à l’accession sociale à la propriété de la TVA à 5,5 % – qui coûterait un milliard – crée « au mieux de la confusion, au pire de l’attentisme ».

Ces souhaits et ces inquiétudes interviennent dans un contexte difficile que confirment les derniers chiffres qui viennent d’être publiés : les mises en chantier sont en baisse de 20,6 % pour le trimestre terminé en octobre et le recul est de 24,4 % pour les autorisations de programme dans le logement ; – 32,7 % et – 30,3 % pour la construction de locaux non résidentiels ; effondrement de 44 % des ventes de logements par les promoteurs pendant le troisième trimestre. Le stock – baptisé « encours de logements proposés à la vente » – s’est accru de 2 900 unités à 113 400 logements. Mais sur ce total, 3 917 seulement sont achevés et 45 146 en cours de construction.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X