Design

Confort moderne sur catalogue

Mots clés : Architecture intérieure - Association et mouvement associatif - Création d'entreprise - Informatique - Innovations - Télécommunications

La production industrielle en série, dès la fin du xixe siècle, à permis le développement des grands magasins. Dès 1920, la création de studios au sein même de ces derniers influence la diffusion d’objets et d’accessoires de confort, puis de meubles. Par la suite, l’association de collections innovantes et créatives avec un système de distribution inédit, le catalogue – dont Prisunic a été précurseur –, se révèle porteuse de succès. Ce mode efficace de diffusion, largement repris par d’autres marques, ne s’est toujours pas démenti.

Le magasin du Printemps, créé à Paris en 1865, lance Primavera en 1912, le premier atelier d’art intégré dont l’objectif est de mettre à la portée de tous, des meubles et des objets conçus pour exprimer l’air du temps et le confort. Colette Gueden qui prend la direction de Primavera en 1939, introduit le verre, l’acier et refuse l’ornement pour l’ornement. En 1946 son frère, Jacques Gueden prend la direction de Prisunic. Il tire les leçons de ses voyages aux Etats-Unis et des modes de consommation prônés par Raymond Loewy et engage Denise Fayolle qui crée le style Prisu. « Le beau au prix du laid ». En 1967, est lancée une gamme de mobilier contemporain pour compléter l’offre commerciale.

Prisunic, le précurseur

Prisunic est ainsi précurseur d’une démarche de diffusion massive de produits de qualité. Mode et mobilier se rejoignent à l’heure de la production industrielle et de la grande consommation.

Prisunic a été créé en 1931 comme une centrale d’achat, a trouvé son originalité avec la création de son propre bureau de style et de publicité en 1957. Prisunic propose un univers quotidien à travers le style Prisu, une action cohérente globale pour un cadre de vie contemporain. Le style Prisunic à prix et qualité comparables est, sous l’influence de Denise Fayolle et du bureau de style, l’élément distinctif pour les collections comme pour les conditionnements, la communication (interne, sur le lieu de vente, dans les médias). En vendant du mobilier par correspondance, l’enseigne populaire a également été pionnière par le mode de distribution. Le catalogue lancé en avril 1968 rend le mobilier contemporain accessible au plus grand nombre. Prisunic met ainsi à la portée des nouvelles générations le talent des meilleurs créateurs du moment, reconnus ou juste débutants : Terence Conran (1968), Olivier Mourgue (1969), Gae Aulenti (1970), Marc Held (1971)… Mais aussi Marc Vaidis, lauréat du concours Shell Prisunic en 1970, dont les membres du jury comptaient entre autres Gae Aulenti, Joe Colombo, Terence Conran, Pierre Paulin, Verner Panton, Dieter Rams, Roger Tallon… Le bureau de style et le studio de création Prisunic sont toujours au centre du projet. Cette aventure lancée en 1968, s’est poursuivie jusqu’en 1977, après le départ de ses initiateurs partis fonder Habitat. En 1970, Prisunic comptait 348 magasins en métropole et une cinquantaine d’autres dans différents pays d’Europe et d’Afrique. Cette aventure a été annonciatrice de l’arrivée d’Habitat en France (1973) puis d’Ikea (1981).

Habitat et Ikea, la suite

Terence Conran – ancien de l’équipe Prisunic – ouvre à Londres en 1964 le premier...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 2008 du 01/12/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X