Autres

Comment définir son cahier des charges ?

Le compactage du remblai est une action de toute première importance, dont la qualité ne peut pas être négligée. D’où une offre en matériels performants à haute valeur technique.

Pour un néophyte, le compactage est une opération simple qui s’effectue avec les matériels les plus basiques. Il n’en est rien ! Le compactage du sol est une tâche techniquement complexe, de première importance, qui doit être réalisée avec soin, même quand il s’agit de reboucher une petite tranchée ouverte dans un trottoir. Malheureusement, dans bien des cas, le compactage n’est pas valorisé en tant que tel dans le cahier des charges des maîtres d’ouvrage, qui exigent cependant un remblai bien solide, dont ils vont contrôler la rigidité à réception des travaux. L’entreprise a donc tout intérêt à améliorer la productivité de ce poste qui, pour elle, reste une charge. D’où une tendance à choisir des modèles plus lourds, plus rapides et plus performants. La consommation de carburant doit être prise en compte, ainsi que les nuisances sonores provoquées par ce matériel destiné aux travaux en ville.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Acheter ou louer ?

Les loueurs sont, bien entendu, de gros fournisseurs de plaques vibrantes. On estime qu’ils achètent la moitié des 7 500 unités vendues chaque année en France. Pour autant, les entreprises spécialisées dans les travaux de canalisation et l’enfouissement de réseaux utilisent ce matériel tous les jours ; une fréquence qui rend l’achat de ce dernier, sinon plus rentable, du moins plus pratique. Il faut garder en tête qu’en matière de compactage de tranchées, le cahier des charges des maîtres d’ouvrage impose un objectif de résultat, pas un objectif de moyens. Il n’est donc pas nécessaire de posséder une gamme complète, un modèle polyvalent s’avérant suffisant dans la plupart des cas.

Notre conseil Entre la location et l’achat existe la location longue durée avec contrat de maintenance. Cette option est souvent choisie par les grandes entreprises.

ENCADRE

Liaisons mécaniques ou hydrauliques ?

Dans le cas le plus simple, le moteur thermique entraîne par courroie un arbre à balourd unique qui fait vibrer et avancer la machine. Dans le cas le plus complexe, un circuit hydraulique entraîne deux arbres à balourd et gère leur déphasage pour faire avancer ou reculer la machine. Entre les deux, des architectures combinent des liaisons mécaniques et des liaisons hydrauliques. Courroies, câbles et pignons ont l’avantage de faire baisser le prix du matériel. L’hydraulique, plus coûteux, est plus précis et plus efficace. Attention ! Les courroies et les câbles s’usent et doivent être régulièrement retendus ou remplacés, opération qui se fait en atelier.

Notre conseil Une plaque vibrante meurt par son moteur, car son remplacement ou sa réparation coûte plus cher que la valeur résiduelle de la machine.

ENCADRE

Commande à distance ou timon ?

Au lieu de tenir la plaque à bout de bras  opération à la fois pénible et dangereuse , il est possible de recourir à une commande à distance, ce que proposent certains modèles. Mais attention ! Une plaque vibrante est un matériel dit « à guidage manuel » : elle avance, recule, mais l’homme la dirige de droite ou de gauche. La commander à distance implique d’y ajouter un système directionnel, mécaniquement complexe, et donc coûteux. Elle ne peut donc pas être une option sur un matériel standard ; c’est un mode de direction dédié sur un matériel conçu en conséquence, et forcément haut de gamme. D’autant que le boîtier de commande lui-même coûte entre 4 000 et 6 000 euros.

Notre conseil Préférer une liaison par infrarouge à une liaison radio. Celle-ci a le défaut d’être omnidirectionnelle, d’où le risque de démarrer la machine sans l’avoir sous les yeux.

ENCADRE

L’indicateur de compactage

Apparus voilà dix ans, les indicateurs de compactage mettent du temps à se généraliser car ils renchérissent le prix de la machine d’environ 15 %. Aujourd’hui, cette option est choisie dans 20 % des cas. Il s’agit de capteurs mesurant le rebond de la plaque. Un calculateur en déduit la rigidité du sol et affiche ces résultats sur une échelle lumineuse. Avantage : cela indique quand il n’est plus nécessaire de compacter. Or trop compacter reste un défaut fréquent qui conduit à une surconsommation de carburant et à une surproduction de bruit, voire à un phénomène de ségrégation destructeur du terrain. Il faut alors tout recommencer.

Notre conseil Cet accessoire apporte un avantage certain en termes d’économie de temps et de carburant. On constate donc un retour sur investissement systématique.

ENCADRE

Les accessoires liés à la sécurité

Le principal point noir des plaques vibrantes reste la transmission des vibrations aux mains et aux bras de l’opérateur. Ce point, réglementé, doit être corrigé par des systèmes d’absorption ou par des amortisseurs au niveau du timon et des poignées. Mis à part ce point précis, il n’y a pas de norme particulière de sécurité pour ces machines, bien que ce matériel puisse s’avérer dangereux. Les accessoires de sécurité sont donc laissés à l’appréciation du fabricant et restent souvent optionnels. Bouton d’arrêt d’urgence, poignées « homme mort » : ces équipements visent à réduire le risque d’écrasement en marche arrière si l’opérateur trébuche.

Notre conseil Certains ont eu la bonne idée de traduire le niveau de vibrations transmises par leur machine en nombre d’heures de travail journalier autorisées.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X