Régions Isère

Citoyens et élus unis par l’énergie verte

Depuis deux ans, la société locale Grési21 associe citoyens, élus locaux et organismes avec l’objectif commun de produire de l’énergie renouvelable sur le territoire du Grésivaudan. Société par actions simplifiées, Grési21 rassemble aujourd’hui 300 associés, ayant chacun acquis des parts dans l’entreprise. Les citoyens sont représentés à hauteur de 70 %, les collectivités à 25 % et les différents organismes à 5 % des voix.

Trois projets de centrales photovoltaïques, via l’installation de panneaux solaires sur les toitures de bâtiments publics ou privés, sont en cours dans différents secteurs géographiques de la vallée. Le premier projet, dénommé « IcareSoWatt », a été initié par les communes de Crolles, Bernin, Saint-Bernard, Saint-Hilaire et Saint-Pancrasse avec un groupe de citoyens, accompagnés par la communauté de communes Le Grésivaudan.

Relocalisation de l’économie. Les premières « centrales villageoises » ont été inaugurées début décembre. Parmi elles, l’école Belledonne de Crolles a enregistré une production de 5 062 kWh sur les deux derniers mois. « Nous souhaitions aller plus loin dans le développement des énergies renouvelables, avec l’investissement et la sensibilisation des citoyens. De plus, nous relocalisons l’économie, en travaillant avec des installateurs locaux », explique Vincent Gay, élu (EELV) de la commune de Crolles et vice-président de la société Grési21.

Les deux autres programmes en cours dans d’autres groupements de communes du Grésivaudan se situent sur le même format : « WattAuBalcon », dont les travaux seront réalisés entre mars et juin, et « Bell’Energie », qui lancera un appel d’offres pour le choix d’installateurs de panneaux solaires en plusieurs lots, au premier trimestre 2018. A terme, l’objectif est d’installer 500 kWc sur 44 toitures et de produire l’équivalent de la consommation électrique de 240 foyers, soit 0,6 GWh.

L’investissement est estimé à 1,2 million d’euros HT, avec un financement assuré par des levées de fonds, des emprunts bancaires et une subvention régionale de 126 000 euros. Le modèle économique est basé sur des contrats de rachat de l’énergie produite, passés avec EDF pour une durée de vingt ans. Grési21 envisage d’essaimer dans les domaines du photovoltaïque et de l’hydroélectricité.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X