Régions

Cher Un livre blanc pour le département

Mots clés : Collectivités locales - Contrat de projet Etat-région - Démarche environnementale - Développement durable - Politique européenne

Les élus listent leurs priorités pour un développement durable et harmonieux

Le Cher est à la croisée des chemins. A l’approche de l’an 2000, de la négociation du contrat de Plan, d’un contrat région-département et de la mise en place des nouveaux fonds structurels européens pour la période 2000-2006, les élus du département ont souhaité engager une réflexion en profondeur.

Serge Vinçon, président du conseil général, a donc entamé une large consultation de tous les élus du département et des socioprofessionnels afin d’élaborer un « livre blanc », base de travail pour toutes les prochaines négociations. « C’est une manière de prendre date pour les dix ans à venir, explique Serge Vinçon, et de ne pas rester en arrière-plan de la réflexion sur le contrat de Plan. » Refusant de dresser un catalogue de revendications, ce « livre blanc » met en avant les grandes forces ou les faiblesses à corriger.

Renforcer le carrefour routier et ferroviaire. Sur ce plan, la position du Cher est d’abord celle d’un carrefour que les élus souhaitent conforter en demandant des aménagements concrets : mise à deux fois deux voies des RN151 (Poitiers-Châteauroux-Bourges) et 76 (Bourges-Sancoins-RN7), construction d’une liaison autoroutière Bourges-Auxerre avec un maillon Clamecy-Avallon, électrification de la voie ferrée Nantes-Lyon.

L’autre priorité est celle de la consolidation du « troisième pôle universitaire de la région », reposant sur la thématique du « risque industriel » qui sera mise en avant dans la nouvelle école d’ingénieurs de Bourges. Le département veut aussi mobiliser, à travers de grands projets comme la restauration du canal du Berry ou la réalisation de l’« aéropôle », projet de musée aérien de plein air près de la base d’Avord.

Le « livre blanc » énumère encore des priorités, notamment en matière d’environnement et d’habitat. Le conseil général va pour cela lancer un dispositif expérimental permettant de favoriser l’accession à la propriété des ménages modestes.

Pour mener à bien toutes ces politiques, le Cher doit cependant se « décomplexer » et, selon Serge Vinçon, « renoncer à sa modestie en cessant de nous regarder nous-mêmes comme un département en déclin ». C’est pourquoi le président du conseil général plaide pour un « projet d’envergure, un pôle touristique novateur fédérant les initiatives de tous et accessible au grand public ».

PHOTO : Serge Vinçon, président du conseil général.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X