Régions

Chambéry Tissage d’un lien urbain en thermopierre

Opération Anru, aboutissement de la requalification urbaine du quartier du Biollay à Chambéry, les Berges de l’Hyères compteront à terme environ 200 logements moteurs de la mixité sociale (locatif social, accessions sociale et libre). « Dans le prolongement du plan-masse d’origine du quartier du Biollay en date de 1954, nous tissons du lien avec le quartier des Berges de l’Hyères et Cognin sur l’autre rive », explique Christian Patey de Pateyarchitectes.

Logique d’efficacité économique et de durabilité

Lancé dès l’origine dans une démarche environnementale, l’opération démarre par une première tranche sous maîtrise d’ouvrage de l’Opac de Chambéry. « Nous participons à la construction d’un écoquartier implanté dans un cadre urbain avec requalification des Berges de l’Hyères, détaille Frédérique Chappellaz, chargée d’opération à l’Opac. D’où le choix d’un assistant à maître d’ouvrage HQE. »

Dans le souci de performance énergétique du maître d’ouvrage, Christian Patey a pensé un bâti dans une logique d’efficacité économique et de durabilité ; il a disséqué les atouts d’un grand nombre de matériaux – béton, aggloméré, bois, brique, etc. seuls ou associés – jusqu’à choisir le béton cellulaire en bloc de 36,5 cm d’épaisseur pour des raisons conjuguées de disponibilité, de performance et de coût. Ce matériau surpasse de 20 % les exigences de la RT 2005. « Avec un excellent rapport performance/qualité/prix », se réjouit Christian Patey qui découvre ce matériau et en anticipe la facilité de mise en œuvre et d’entretien et la pérennité.

Alors que le chantier est en cours, les entreprises Mauro pour le gros œuvre et Nombret pour la thermopierre calent leurs interventions. « Nous devons adapter nos méthodes de travail et soigner l’interface entre le béton et les 4 200 m2 de thermopierre », admettent Jean-François Mauro, président éponyme de la société, mandataire du groupement, et Denis Nombret, directeur éponyme de la seconde.

« Cette réflexion nécessaire illustre la mutation des métiers du bâtiment et leur relation entre corps d’état, liées aux matériaux et techniques nouvelles dans le cadre des exigences réglementaires et environnementales », conclut Jean Rousset, chargé d’affaires chez Xella.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Mission complète

Aménageur, l’Opac de Chambéry assure la création d’une voirie nouvelle et d’un parc urbain (sous maîtrise d’œuvre de la Ville de Chambéry) et la réalisation de la viabilisation de la zone dans le cadre de la revente de trois lots dont deux à la Savoisienne Habitat et à CIS promotion.

Constructeur, il assure les travaux de 85 logements locatifs sociaux organisés en trois bâtiments en U, échelonnés le long d’un axe nord-sud et implantés perpendiculairement à la pente. Un jeu avec le terrain qui limite au strict minimum les parties communes, et offre à tous les logements, un jardin privatif, une terrasse ou un balcon.

ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Opac de Chambéry.

Assistance à maîtrise d’ouvrage HQE : Etamine.

Maîtrise d’œuvre : Pateyarchitectes avec Christian Patey et Grégoire Le Blanc (architectes), Stebat (structure), ITF (fluides et HQE).

Entreprises : groupement Mauro (mandataire) et Nombret (terrassement, VRD et gros œuvre).

Industriel : Xella.

Coût : 7,4 millions d’euros.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X