Architecture et urbanisme

Castelsarrasin Maison de retraite médicalisée

Mots clés : Architecte - Architecture - Grand âge - Maison individuelle - Temps de travail

En quête d’une échelle domestique différente du traitement habituel des maisons de retraite médicalisées, les architectes ont substitué à l’ambiance hospitalière blanche et impersonnelle un ensemble de petites unités disposées autour de jardinets ouverts. Exploitant l’archétype de la maison individuelle avec des toits de tuiles, deux fenêtres et une porte sur le jardin, les chambres de moyen séjour sont regroupées par quatre et imbriquées de façon à limiter les longueurs de couloirs, liées au choix d’installer la majorité des chambres de plain-pied.

Un lot « brique » dissocié du lot « gros oeuvre ». Sur l’entrée, le bâtiment en équerre accueille l’hébergement longue durée au-dessus d’une rangée de commerces et de locaux collectifs sous arcades. Le choix d’une brique de doublage devant l’isolation extérieure cultive la référence domestique tout en créant une inertie thermique bénéfique au confort d’été. Pour « se payer » ce dispositif coûteux, les architectes ont dissocié dans l’appel d’offres le lot « brique » du lot « gros oeuvre ». Selon Alain Grima, cette stratégie, qui évite la sous-traitance, a permis une économie de 30 % sur le lot et de 8 % sur le coût total des travaux.

Le parement de brique contribue également à l’effacement voulu des éléments techniques. L’évacuation des eaux usées et pluviales est intégrée dans le vide d’air entre le béton et la brique. La circulation verticale des fluides s’organise, quant à elle, dans des gorges ménagées au croisement des cloisons de plâtre et des parois de brique en redans sur le couloir. Les fluides sont ensuite raccordés directement, sans passage en faux-plafond, dans le comble technique de la toiture et dans la galerie circulable qui court dans le sous-sol du bâtiment.

FICHE TECHNIQUE

Maître d’ouvrage : département du Tarn-et-Garonne, syndicat interhospitalier de Castelsarrasin-Moissac.

Maîtres d’oeuvre : Laurent Gouwy, Alain Grima, Jean-Luc Rames, architectes ; Mahenc et Salvagnac, ingénierie structures ; Laurent Faure, fluides.

Surface : 4 970 m2 habitables.

Coût travaux : 30,836 MF TTC.

Entreprises : Clément, briquetier ; Quercy confort, chauffage et fluides.

ILLUSTRATIONS

1. Le bâtiment d’entrée, avec ses arcades stylisées. 2. A l’arrière, raccord avec l’échelle basse des maisonnées. 3. Plan du rez-de-chaussée.

4. Distributions vitrées, rythmées par des redans de brique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X