Entretien

Canal du Midi. Des abattages sous haute surveillance

Mots clés : Fonction publique - Matériel - Equipement de chantier - Transport fluvial - Travail

Les célèbres voûtes végétales du canal du Midi ont-elles vécu ? Près de Carcassonne, un deuxième chantier vient de porter à 200 les sujets abattus pour cause de ceratocystis fimbriata, le très redouté chancre coloré du platane.

«Il n’existe pas de traitement connu contre le chancre coloré du platane. Alors, il faut abattre ». Laurent Plisson, contrôleur au centre d’exploitation de Voies Navigables de France (VNF) de Carcassonne observe le chantier placé sous contrôle. Entre les écluses de l’Evêque et celle de Villedubert, de part et d’autre d’un bief de 730 m de long sur le Canal du Midi, près de 200 sujets, c’est-à-dire la totalité de la population de cette essence, auront été abattus et brûlés sur place au cours de 2 opérations menées sur 2 campagnes (2006 et 2007) avec un luxe de précautions rarissime. Car le chancre se transmet aussi bien par la voie des airs que par l’eau et profite de la moindre blessure de l’arbre pour s’infiltrer par le tronc ou par les racines. Des agents de VNF ont été formés à sa détection et, une fois le diagnostic confirmé, c’est le branle-bas de combat !

Des bâches pour récupérer la sciure. L’opération ne peut avoir lieu qu’en hiver pendant la période que les agents du canal appellent le chômage. La voie d’eau est fermée à la navigation et le bief entièrement vidé « pour éviter une dispersion des sciures et des branchages dans l’eau, redoutable agent de...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 306 du 01/02/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X