Technique

Bruxelles (Belgique) Rénovation thermique passive

Mots clés : Architecture - Bois - Efficacité énergétique - Gros oeuvre - Rénovation d'ouvrage - Verre

Façades en panneaux de bois et ouate de cellulose Etanchéité à l’air du bâti Murs-rideaux à triple vitrage

Spécialiste de la construction et de la promotion, CIT Blaton a réalisé la plupart des grandes tours de Bruxelles. Son siège (Schaerbeek, Bruxelles Capitale) date des années 1960. Pour rénover cette « passoire à calories », avec un budget serré, le maître d’ouvrage a choisi l’approche passive. Toute reconstruction en cœur d’îlot étant interdite, il a fallu conserver la structure en béton et adapter les solutions préconisées à ce squelette.

Les deux édifices du siège ont fait l’objet de traitements différents : passif pour le bâtiment donnant sur la cour, basse énergie pour l’autre. Les trois piliers du passif sont l’isolation parfaite, l’étanchéité à l’air totale et la ventilation double flux. Le désossement du bâtiment sur cour a permis une intervention contemporaine rendant invisible la reprise des façades devenues isolantes (panneaux sandwiches et ouate de cellulose). Ces « caissons » enduits à l’extérieur, habillés d’une plaque de plâtre à l’intérieur forment une paroi étanche à l’air. La surélévation qui accueille la cafétéria, est construite de la même façon.

Une facture énergétique réduite de 90 %. La cage d’escalier en panneaux vitrés, protégée par des pare-soleil, sert de cheminée pour le refroidissement. Un triple vitrage complète l’isolation des murs-rideaux. Les baies sont équipées de stores extérieurs. Les ponts thermiques ont été neutralisés et le calfeutrement est poussé à l’extrême. En journée, la température est maintenue par un système d’échangeur de chaleur à eau pulvérisée (les calories de l’air extrait réchauffent l’air entrant). Le béton de l’ossature apporte l’inertie thermique. Pas de climatisation donc, mais une traque aux calories gaspillées par des détecteurs de présence, la limitation du nombre de photocopieurs et l’utilisation d’écrans plats. Le chauffage d’appoint est insignifiant et l’ensemble de ces dispositions a permis de réduire la facture énergétique de 90 %. L’économie réalisée (6 500 euros par an) permet un amortissement en cinq ans. Au final, le coût de construction au mètre carré, qui s’élève à 1 200 euros pour l’immeuble à énergie passive, et à 900 euros pour l’ensemble, est de 20 % inférieur au prix du marché.

Maîtrise d’ouvrage : CIT Blaton.

Maîtrise d’œuvre : A2M, architectes ; Arcadim Belgium, approche durable ; MK Ingeniering, techniques spéciales ; CIT Blaton et Ney & Partners, BET structures.

Principales entreprises : CIT Blaton (gros œuvre étendu), Spie (techniques spéciales), Batisam (châssis triple vitrage).

Surface : 3 035 m2.

Budget : 2,50 millions d’euros HT.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

EN SAVOIR PLUS

Le Moniteur n° 5461 du 25 juillet 2008

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X