Actualité

Briançon purge sa dette

Lauréate du peu enviable titre de « commune la plus endettée de France » (devant Angoulême), la ville de Briançon (Hautes-Alpes) vit au régime de l’austérité depuis 1993. Il y a quelques semaines, le maire, Alain Bayrou, présentait un nouveau plan de redressement pour les années 1998-2002. Ce plan prévoit notamment de ramener les taux d’intérêt de 7,6 % à 4,6 % sur la dette principale (qui s’élève à plus de 500 millions) et de différer le paiement de certains intérêts. Dans la foulée, l’échéance de la dette est repoussée en 2022 au lieu de 2017. En outre, les prêteurs, au premier rang desquels figure le Crédit local de France, ont accepté de ramener leurs créances de 67 à 45 millions. En contrepartie, la commune s’est engagée à réduire encore plus ses dépenses de fonctionnement et à investir 10 millions de francs par an, sans hausse de la fiscalité ni nouveaux emprunts.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X