Régions

Bourgogne La Safer enregistre une raréfaction du foncier

Mots clés : Aménagement rural

Le marché des terres agricoles se tasse en Bourgogne. Observatoire du foncier rural, la Safer de Bourgogne en a fait le constat lors de sa dernière assemblée générale à Château-Chinon (Nièvre). En 1996, la société d’aménagement foncier et rural n’aura rétrocédé que 6 887 ha pour 135,76 millions de francs, soit un prix moyen de 19 172 francs l’hectare.

« Les nombreux départs en retraite d’exploitants, la location de leurs terres à des fermiers et les achats prioritaires effectués par ceux-ci ces dernières années expliquent en grande partie la tendance », note Bernard Pouillot, chargé de mission à la Safer.

Les grands équipements touchent 6 % des rétrocessions

Mais le phénomène lié aux grands équipements régionaux, qui touche 6 % des terrains rétrocédés, amplifie aussi la situation. Dans le canton de Seurre (Côte-d’Or), la future plate-forme bimodale de Pagny (route-eau) a nécessité l’acquisition de 227 ha pour un prix moyen de 18 000 francs. Au Nord de l’Yonne, la réalisation du barreau autoroutier entre Courtenay et Sens a conduit la Safer à rétrocéder 370 ha (30 000 F/ha) à la SAPRR.

Non loin de Courtenay et pour bénéficier des retombées économiques de l’infrastructure, le Sivom du Gâtinais, a déjà fait racheter 45 ha afin d’aménager une zone d’activités.

Pour préserver les nappes phréatiques de toute pollution, des acquisitions sont aussi en projet. Autour des Maillys par exemple, le conseil général de la Côte-d’Or fait gérer par la Safer 85 ha, extérieurs à la zone de protection, mais en vue de prochaines compensations.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X