Régions

Bordeaux Un rhabillage moderne pour l’ancienne gare d’Orléans

Mots clés : Béton - Conservation du patrimoine - Transport ferroviaire

Un programme complexe de réutilisation d’un monument historique à l’état de ruine. Timing serré pour l’entreprise générale, GCA, qui doit livrer l’ouvrage mi-août.

Avec ses 3 000 places de cinéma réparties entre 17 salles, le Mégarama sera la première réalisation forte de la Bastide, sur la rive droite de la Garonne, à Bordeaux.

Le chantier présente la difficulté de devoir être réalisé à l’intérieur de l’ancienne gare d’Orléans inaugurée au milieu du XIXe siècle, inscrite aux Monuments historiques et ayant subi plusieurs incendies. En outre, le sol du terrain proche du fleuve n’est pas d’excellente qualité.

Compte tenu des dégâts irréversibles sur l’aile Nord, le parti retenu a été d’achever de la démolir et de reconstruire sa façade avec des panneaux en béton architectonique. L’aile Sud partiellement démolie verra sa façade conservée.

En revanche, le bâtiment qui fait face au fleuve et où l’on trouvera des restaurants est rénové mais les planchers existants sont détruits pour être reconstruits. Sur cette partie, le sous-sol constitué de voûtes servira d’appui au nouveau plancher. A l’étage, le principe de chaînage périphérique supportant le plancher est conservé mais les poutres en bois sont remplacées par des poutres en béton.

A l’arrière, la façade de l’aile Sud a dû être étayée par l’extérieur pendant les travaux.

150 m3 de pierres récupérées seront réutilisées. Pour reconstituer la pierre abîmée, GCA a adopté le principe de changement de la pierre par tiroir, qui permet de ne reprendre que les parties les plus endommagées, lorsque c’est possible. Ainsi, 150 m3 de pierre récupérées in situ ont été mises de côté pour être réutilisées. Il a fallu toutefois acheter de la pierre de Bourg, en complément, pour pouvoir répondre aux besoins du chantier. Une patine sera ensuite passée pour uniformiser le tout. Vingt-cinq personnes sont affectées au travail de la pierre.

L’arrière du bâtiment, inclus entre les ailes, et qui accueillera les salles de cinéma, sera posé sur 192 pieux de 28 m de long. La charpente métallique recevra une couverture en bac acier. Entre les différentes salles de cinéma, des cloisons de plâtre Lafarge permettront d’obtenir un affaiblissement acoustique de l’ordre de 73 décibels.

Cette opération d’une centaine de millions de francs, lancée en septembre 1998, devrait être livrée en août 1999.

INTERVENANTS

Maîtrise d’ouvrage : Cirmad Sud-Ouest.

Maîtrise d’oeuvre : Luc Arsène-Henry et Yann Lecoq.

Acquéreur : Agora Cinémas.

Assistant maîtrise d’ouvrage : ITS.

Bureau de contrôle : Socotec.

Coordonnateur SPS : Eccta.

Entreprise générale : GCA.

PHOTO : La façade de l’aile sud (à gauche) sera conservée, celle au nord sera reconstruite. Le sol étant peu stable, le bâtiment qui accueillera les salles sera posé sur 192 pieux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X