Régions

Bordeaux agglomération Soval/Dalkia retenue pour les Hauts de Garonne

Mots clés : Collectivités locales - Délégation de service public - Gestion des déchets

Le président de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB), Vincent Feltesse, a retenu l’offre de la société Soval/Dalkia France (filiale de Veolia Environnement) pour la délégation de service public concernant la gestion du complexe thermique des Hauts de Garonne, le réseau de chaleur principal de la rive droite qui dessert en haute température 12 000 équivalents-logement sur Cenon, Floirac et Lormont. Le contrat d’affermage actuel, avec la société d’exploitation thermique de la Gironde (Setgi)/Elyo SA (Suez Energie Services), comprend l’exploitation d’une usine d’incinération des ordures ménagères à Cenon (120 000 tonnes), d’une chaufferie urbaine et d’un réseau de chaleur de 17,5 km.

L’enjeu est de taille pour la CUB puisque le contrat, qui arrive à échéance, concerne la période 2009-2020. La CUB a fixé aux candidats des objectifs précis de qualité de service public, de tarifs et de valorisation énergétique des déchets. Les deux candidats (Suez-GDF et Veolia) ont adapté leur offre après l’arrêté préfectoral du 16 juin 2008 imposant des réalisations d’épreuves sur le réseau haute pression avant la saison de chauffe 2009-2010. Cet arrêté faisait suite aux fuites constatées en janvier 2008. Les associations d’usagers, comme Relai.c, ont notamment interpellé les élus communautaires sur la fréquence des interruptions de fournitures d’énergie et les interventions sur le réseau en période froide.

Une chaufferie bois remplacera l’incinérateur

« Malgré deux offres de qualité », explique-t-on à la CUB, le bureau réuni le 6 novembre, a décidé de changer de délégataire, notamment parce que Soval/Dalkia France offre la possibilité d’extension du réseau à de nouveaux foyers. » Les offres présentées répondent aux objectifs fixés par la CUB en matière de sécurisation du réseau mais aussi en matière de respect de l’environnement : performance énergétique, valorisation des déchets, arrêt de l’activité en 2020 de l’usine d’incinération des Hauts de Garonne pour la transformer en chaufferie bois. Sans oublier les économies pour les abonnés, avec un prix de chauffage estimé à 30 % en dessous du coût d’un chauffage individuel gaz. Globalement, la CUB fait des économies : le prix proposé pour l’incinération des déchets (45 euros la tonne pour un volume de 0 à 9 000 tonnes et de 72 euros la tonne au-delà de 9 000 tonnes, hors augmentation de la taxe générale sur les activités polluantes) est inférieur à celui payé par la CUB à l’opérateur Astria (79,61 euros la tonne), qui gère l’incinérateur de Bègles.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X