Régions

Bordeaux agglomération Le conseil communautaire au complet

Mots clés : Collectivités locales - Délégation de service public

Vincent Feltesse, maire (PS) de Blanquefort (Gironde), vient d’être réélu à la présidence de la communauté urbaine de Bordeaux. Pour faire fonctionner l’assemblée, qui dispose d’une courte majorité à gauche (61 élus contre 59), un accord de coopération communautaire a pu être négocié, permettant l’élection du nouveau président par 111 voix sur 120.

Alain Juppé, premier vice-président, a opté pour la délégation « Euratlantique et tertiaire supérieur », qui lui assure le contrôle d’un des dossiers majeurs de l’agglomération : la constitution autour de la gare d’un quartier d’affaires international. Cet accord renforce le poids des 27 maires, tous vice-présidents, dont Vincent Feltesse estime qu’ils apportent leur légitimité démocratique à l’assemblée : « Il faudra faire évoluer les choses, quand je présiderais en 2009 l’assemblée des présidents de communautés urbaines, l’élection des conseils communautaires au suffrage universel figurera dans nos priorités. »

Respect mutuel des contrats

Pour faire avancer les grands dossiers de l’agglomération (tramway, Zénith, les ponts Bacalan et Jean-Jacques-Bosc, Euratlantique), la recherche de marges de manœuvre financières est ouverte : « Sans possibilité de faire évoluer la taxe professionnelle, ni volonté de créer une taxe additionnelle, ni hausse de tarifs », c’est sur la renégociation en cours des contrats de délégation de service public (transport, assainissement, eau potable), que le président entend « trouver les dizaines de millions d’euros nécessaires à ces projets. »

Vincent Feltesse veut insuffler un état d’esprit contractuel plus exigeant : « La communauté urbaine et les communes seront plus regardantes dans le respect mutuel des contrats signés, sur la manière dont on va dépenser de l’argent. » Mais il entend également « faire bouger les choses ». Sur le foncier et le financement du logement, il se réfère notamment au travail de Nicolas Michelin : « Le développement durable est un levier pour faire évoluer nos mentalités. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X