Régions Limoges

Bonne reprise des effectifs du CFA Bâtiment

Mots clés : Apprentissage - ERP sans hébergement

Avec 255 apprentis inscrits à la fin 2016, le CFA Bâtiment de Limoges a vu son flux d’entrée augmenter de 10 %, mais on est encore loin des 400 apprentis accueillis en 2008, « l’effectif moyen avant la crise », explique David Audureau, directeur du centre de formation. La tendance est très positive selon lui. Si l’établissement est loin de son plein potentiel, le directeur reste confiant : « La reprise économique est là, doublée de nombreux départs à la retraite des salariés du bâtiment. » L’aire d’influence du CFA est vaste : « Il peut fournir des jeunes formés aux besoins des entrepreneurs sur l’ensemble du Limousin, soit environ 3 000 entreprises. Il n’y a aucune raison de douter de l’avenir. » La crise de 2008 a certes fait baisser le nombre de chantiers et érodé les effectifs. Néanmoins, « depuis un an, tous les jours, des entreprises nous appellent pour recruter du personnel qualifié, notamment en gros œuvre et en fluides. Aujourd’hui, nous avons une quinzaine d’entreprises en recherche active d’apprentis. A ce rythme-là de progression, elles seront quarante d’ici à un an », prévoit David Audureau. D’où une dynamique propre à ce petit CFA. « Nous menons régulièrement des campagnes auprès de nos partenaires entrepreneurs pour les sensibiliser. Former des jeunes compétents prend du temps, et il est important d’anticiper la montée en puissance qui s’annonce. »

Formations à la carte. De sa singularité – une petite école sur un marché de la formation peuplé de super structures -, le CFA de Limoges entend faire une force. « Ici, nous avons une mentalité positive, nous sommes capables d’adapter nos formations à la carte, aux besoins des entrepreneurs. Nous pouvons prendre le temps de travailler un seul type de soudure en face-à-face avec un étudiant pendant plusieurs heures », explique encore Eric Faure, directeur adjoint. Un parcours individualisé qui concerne environ 20 % des effectifs. Le CFA diversifie son offre de formations à tous les métiers du fluide, du gros œuvre et de la finition. Il se distingue aussi dans la formation aux métiers du solier-moquettiste, a enrichi son offre d’une formation d’ingénieur et vient d’obtenir l’agrément pour un bac pro gros œuvre, ainsi que pour le brevet professionnel « Métiers du plâtre et de l’isolation ». Enfin, le CFA affiche un taux de placement de ses CAP de près de 80 %.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X