Edito

BIM Bang

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

L’univers du BIM est en perpétuelle expansion. En distinguant la ligne 16 du Grand Paris Express, l’édition 2017 du BIM d’or, organisée par « Le Moniteur » et « Les Cahiers techniques du bâtiment », témoigne de ces frontières sans cesse repoussées (lire p. 14).

Par leur taille, leur complexité et leur usage, les grandes infrastructures se situaient, il y a quelques années encore, aux marges du domaine connu de la maquette numérique. Les pionniers du BIM avaient généralement essuyé les plâtres virtuels de logements collectifs ou de bâtiments tertiaires. Ces praticiens doivent désormais relever une nouvelle génération de défis lancés par les ponts, les routes et les rails. Les entreprises de travaux publics aussi, elles qui n’avaient jusqu’alors que peu de raisons de s’intéresser à ces sujets.

La maquette numérique intéresse les entreprises de génie civil autant que les artisans.

Mais le gigantisme n’est pas la seule option pour les étoiles montantes du secteur. De plus en plus d’initiatives, à l’instar de BIM Cloisons, lauréat d’un BIM d’argent, s’adressent ainsi aux artisans. La maquette numérique se déploie simultanément en direction du génie civil et des plâtriers. Supernovas et naines blanches cohabitent.

La conquête de ces nouveaux territoires pose bien sûr des questions opérationnelles, techniques et économiques. Comment optimiser la phase de travaux ? Peut-on reproduire telle ou telle démarche ? Comment simplifier au maximum la maintenance ? Paradoxalement, y répondre, c’est ramener le BIM sur Terre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X