Régions

Bas-Rhin Sécurité et maison individuelle : deux charpentiers innovent

Mots clés : Artisanat - Bois - Maison individuelle - Métier de la construction - Retraite

Deux charpentiers du Bas-Rhin arrivent en phase pré-industrielle, dans un processus de création d’équipements de sécurité dédiés à la construction de maisons individuelles. Ces innovations résultent d’une démarche engagée dès le début des années 2000 par la fédération du gros œuvre et de la charpente de la FFB du Bas-Rhin, accompagnée par la caisse régionale d’assurance-maladie d’Alsace-Moselle et l’office professionnel de prévention du BTP (OPP-BTP). Le soutien de l’interprofession du bois, regroupée dans Fibois Alsace, apporte aujourd’hui une résonance nouvelle à la démarche à laquelle contribue également la corporation obligatoire des charpentiers du Haut-Rhin.

Sur un chantier de la fin 2008 à Wolfisheim (ouest de Strasbourg), l’entreprise Kurtz de Dauendorf a testé la nouvelle version de son mât de sécurité adapté aux chutes, fixé sur la dalle et modulable sur des hauteurs de 7 à 11 m. En cas de perte d’équilibre, un système d’enrouleur bloque le harnais auquel s’accroche l’ouvrier.

Plate-forme de montage

« Depuis la première version, nous avons ajouté un débord de 2 m, pour prévenir les chocs latéraux », explique Claude Kurtz. Concepteur et propriétaire du brevet de cette invention, le dirigeant de l’entreprise de 16 salariés a confié la réalisation du prototype métallique au charpentier Baumert, de Schaeffersheim. Le montage du mât mobilise trois ouvriers pendant une heure, mais se heurte parfois à l’encombrement de la dalle, faute de motivation et de préparation des autres corps d’état.

Entreprise de cinq salariés à Russ, Zanetti a intégré sa plate-forme de montage à un système constructif complet. Les moises accrochées au faîtage permettent aux ouvriers de travailler sur un plancher de travail installé à la bonne hauteur. Après avoir testé un prototype en bois, l’entrepreneur négocie un partenariat avec Echamat, fabricant d’échafaudages de Barr, pour industrialiser l’outil en aluminium. « Ce matériau plus léger permettra un montage plus rapide », estime Sylvain Zanetti, gérant. Un chantier test devrait valider l’innovation dans les prochaines semaines.

« Ces deux exemples n’apportent pas de solution universelle. L’interprofession du bois doit d’autant plus s’investir dans la sécurité que l’image de notre matériau de construction marque des points dans le public », estime Sacha Jung, délégué général de Fibois Alsace.

Chasse aux poussières

A l’initiative de l’OPP-BTP, la mobilisation des professionnels de la construction bois se prolonge dans la mesure des poussières subies par les salariés des scieries, menuiseries et entreprises de charpente. A l’issue d’un appel d’offres et de plusieurs réunions de sensibilisation, Fibois Alsace a désigné le Leces (groupe Iosis) pour une campagne en cours entre l’été 2009 et le début 2010.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X