Enjeux Coup de griffe

#Balancetonaéroport

Que de temps, que d’argent et que d’énergie perdus. Né il y a cinquante ans, le projet de transférer l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes n’a eu de cesse de diviser les Français pour finalement capoter avant même d’avoir décollé. A qui la faute ?

La responsabilité est forcément collective.

Mais Jean-Marc Ayrault, qui a paradoxalement tant fait pour le développement de son territoire, porte une responsabilité toute particulière, et pas uniquement par son inaction à Matignon. L’ancien maire de Nantes n’a pas fait les bons arbitrages. Sur la question essentielle de l’accessibilité du Grand Ouest, il a tout misé sur l’aéroport… et a tout perdu.

A Rennes, les élus ont fait un choix plus sage en acceptant que le grand aéroport de l’Ouest soit nantais en l’échange d’une ligne à grande vitesse. Résultat, aujourd’hui, la ville est à moins d’une heure et demie de Paris en TGV… et en prime, l’aéroport Rennes Saint-Jacques sera agrandi et rénové. De quoi faire avaler la pilule à Jean-Yves Le Drian, ancien président de la région Bretagne, laquelle est propriétaire de l’aéroport concédé à la chambre de commerce et d’industrie et Vinci. D’ailleurs, les élus bretons se font plutôt discrets dans le concert d’indignations que jouent (surjouent ?) le PS à gauche et les Républicains à droite, lesquels voient dans cette « trahison » une occasion de reprendre un peu de couleurs.

Quant à Emmanuel Macron et Edouard Philippe, ils pourraient bien sortir gagnants de ce bourbier qui a plombé les gouvernements précédents. En reprenant à son compte la formule de Pierre Mendès-France « Gouverner, c’est choisir », l’exécutif a réussi le tour de force de transformer un renoncement en un choix assumé.

Un choix assumé mais qui laisse d’autres arbitrages en suspens. Comment indemniser Vinci ? Comment rassurer les riverains de Nantes Atlantique ? Que faire de la ZAD ? Et surtout, comment éviter de créer un précédent en bloquant d’autres grands projets contestés ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X