Régions

Bailleurs sociaux La SA d’HLM 2036 remonte la pente avec les projets collectifs

Mots clés : Accessibilité - Energie renouvelable - Financement du logement - Logement social - Politique du logement

Endettée et en difficulté il y a encore peu, la SA d’HLM 2036 (Indre) a entamé un plan de redressement qui porte aujourd’hui ses premiers fruits. Contrôlée par le Medef local et la ville de Châteauroux, la SA qui gère un patrimoine de 8 900 logements a, en effet, retrouvé un rythme de construction plus dynamique. « Notre dette est maîtrisée à 230 millions d’euros, souligne le directeur général Jean-Christophe Pichon, et nous dégageons à nouveau des résultats d’exploitation. » C’est ainsi que la SA va désormais consacrer 10 millions d’euros chaque année à la maintenance et à l’entretien de son patrimoine contre 6 millions en moyenne auparavant.

De même, le bailleur va retrouver un rythme annuel de construction de 100 logements locatifs sociaux tout en proposant 30 à 40 logements/an en accession sociale. Habitat 2036 développe aussi une bonne part de son activité avec les projets collectifs. C’est en particulier le cas avec le projet de construction de quatre gendarmeries, dont deux importantes à Issoudun et à La Châtre, ou encore avec un foyer pour adultes handicapés à Saint-Maur. L’Indre est un département âgé (20 % de la population sont âgés de plus de 60 ans), mais désormais bien équipé en structures collectives. C’est pourquoi la SA mise essentiellement sur la construction de logements individuels regroupés et adaptés aux personnes âgées dans les bourgs ruraux.

A Châteauroux, le bailleur est essentiellement intervenu dans le programme de rénovation urbaine (PRU) du quartier Saint-Jean où 30 millions d’euros ont été investis avec 500 démolitions, 700 constructions, 1 000 résiden-tialisations et 1 200 réhabilitations. Après avoir récemment livré une mairie-bibliothèque, Habitat 2036 vient de lancer son dernier projet dans le quartier avec un chantier d’une cinquantaine de logements. « Ce PRU, l’un des plus importants de la région, sera totalement achevé l’an prochain, estime Jean-Christophe Pichon, ce quartier a véritablement changé de visage. » Ce programme a mobilisé une bonne part des PME de bâtiment du département. La fin du PRU devrait donc raviver le marché lors des appels d’offres.

De bonnes entreprises indépendantes

La SA refuse les entreprises générales et travaille essentiellement en lots séparés : « Nous avons de bonnes entreprises indépendantes avec des prix acceptables, se réjouit le directeur général, c’est vrai également avec les architectes que nous faisons intervenir. » Le bailleur social veut désormais orienter sa politique vers des constructions plus durables. Le quartier Saint-Jean utilise la géothermie pour chauffer ses 1 500 logements tandis que des chaufferies au bois ou des cloisons en paille compressée équipent désormais les logements dont la consommation doit impérativement être inférieure de 20 % à la RT 2005.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Projets 2008-2009

Chaillac : 9 logements groupés pour personnes âgées.

Ardentes : 9 logements individuels.

Saint-Marcel : 25 logements groupés.

Le Pêchereau : 20 logements.

Le Blanc : 20 logements.

Châteauroux : quartier Saint-Jean, 50 logements.

Saint-Maur : un foyer pour personnes handicapées de 42 logements.

Gendarmeries : Issoudun (appartements et bureaux), Buzançais (109 logements), Neuvy-Saint-Sépulchre (10 logements), La Châtre (33 logements).

ENCADRE

CONTACT

Jean-Christophe Pichon, directeur général. Tél. : 02.54.08.15.15.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X