Régions

Bailleur social La SA HLM de la Dordogne pilote un projet Anru

Mots clés : Architecte - Architecture - Logement social - Maison individuelle - Politique de la ville

Gestionnaire de 60 % du parc social de Bergerac, la SA d’HLM de la Dordogne vient de réaliser avec les 61 logements des « Jardins de Caville », la première opération du projet de démolition construction de la ville. Le bailleur social a réalisé plus de 50 % des relogements qui lui sont impartis. Il possède 247 des 409 logements concernés par le projet de renouvellement urbain évalué à 58 millions d’euros et cofinancé par l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru) à hauteur de 23 %. Conformément à sa politique de mixité sociale, 50 % des logements des « Jardins de Caville » sont réservés au 1 % logement. « La tâche nous est facilitée car notre offre composée à 60 % de maisons individuelles, est attractive auprès du public du 1 % », constate François Artiges, directeur de la SA d’HLM de la Dordogne.

Forte demande de maisonsindividuelles. Principal acteur du logement social à Bergerac, le maître d’ouvrage destine la moitié de sa production annuelle de 60 logements au reste du département. Son parc de 4 000 logements se répartit entre 96 des 565 communes de la Dordogne. La spécificité du département rural induit une forte demande de maisons individuelles et la petite taille des opérations, de 10 à 20 logements. « De ce fait, nous consultons les architectes sur la base du critère géographique, de la référence et des moyens, sans passer par le concours », précise Pascal Hillairet, directeur du développement. Le maître d’ouvrage établit aussi un cahier des charges technique et une enveloppe financière. Il insiste notamment sur le confort, la distribution des espaces et une orientation optimisée des bâtiments.

Au niveau de la consultation des entreprises en revanche, le recours à l’appel d’offres en corps d’état séparés est systématique. « Trois quarts de nos opérations sont des maisons individuelles, accessibles aux artisans. Nous les retenons sur le critère du rapport qualité/prix », ajoute François Artiges. Le bailleur social s’engage à respecter des délais de paiement inférieurs à trente jours.

La SA d’HLM de la Dordogne a un capital de 2 millions d’euros détenu à 67 % par la SA d’HLM Maison Girondine, elle-même filiale du groupe Le Toit Girondin. Avec un potentiel financier de 9 millions d’euros, elle autofinance à hauteur de 10 % chacun des logements. Outre son développement annuel et la mise en œuvre de l’opération Anru, elle prévoit d’engager en 2008 une politique de vente de son patrimoine aux locataires.

CONTACT

François Artiges, directeur. Tél. : 05.53.74.51.51.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Projets

Bergerac (Dordogne), Le Tounet,57 maisons individuelles, dont 50 % en R 1 sur des parcelles de 400 m2, T3 de 70 m2 et T4 de 80 m2. Coût prévisionnel : 7 millions d’euros TTC (dont 9 logements financés par l’Anru). Architecte : Didier Griffoul, Bergerac. Consultation des entreprises : printemps 2008.

Prigonrieux (Dordogne),

8 maisons individuelles (4 T2, 24 T3, 8 T4, 2 T5), au centre bourg. Coût prévisionnel : 4,5 millions d’euros TTC. Architecte : Archi Studio, Sigoulès (Dordogne). Début des travaux : 2009.

Sarlat (Dordogne), Le Sablou 3,39 pavillons en R 1 (8 T2, 23 T3, 1 T5). Coût prévisionnel : 4,8 millions d’euros TTC. Architectes : Bouyssou, Sarlat. Livraison : septembre 2009.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X