Régions

Bailleur social Gironde Habitat : un parc âgé de 20 ans en moyenne qui se renouvelle

Mots clés : Efficacité énergétique - Politique de la ville

Mieux, moins cher et équitable, telle est la devise de Sigrid Monnier, directrice générale de Gironde Habitat, l’OPH du département de la Gironde, depuis octobre 2007. L’office public de l’habitat est l’un des gros bailleurs sociaux du département avec un parc de quelque 12 000 logements répartis sur 150 communes. « Nous recherchons un équilibre entre urbain et rural, ainsi 40 % de notre parc se situe dans la communauté urbaine de Bordeaux. C’est un parc âgé en moyenne de vingt ans et qui se renouvelle. Notre rythme de production est d’environ 500 logements par an, un chiffre qui s’accroît depuis plusieurs années. En continu, cela représente 1 000 logements en chantier par an. Depuis six ans, Gironde Habitat a réalisé un programme de renouvellement urbain sur 800 logements mais sans jamais être dans le périmètre des opérations aidées par l’Anru », précise-t-elle.

De fait, Gironde Habitat garde la priorité au locatif, même si des programmes mixtes locatif/accession se réalisent plus fréquemment. A l’instar d’autres maîtres d’ouvrage, l’organisme social se met délibérément au vert. Ainsi, toutes les productions affichent au minimum la très haute performance énergétique (THPE).

Expérimentations durables

Les programmes sont labellisés habitat et environnement et Gironde Habitat a mis en œuvre un plan pluriannuel de performance énergétique du patrimoine. Par ailleurs, l’office public teste de nouvelles pratiques constructives sur de petites opérations comme à Captieux (Sud Gironde) pour la réalisation de maisons de bois.

« Nous lançons des opérations expérimentales avec des produits novateurs. Le développement durable vient effectivement en tête de nos orientations stratégiques mais toujours avec le prisme économie de charges pour le locataire. Nous souhaitons contenir au maximum le loyer et les charges. C’est une priorité dans un contexte où nous logeons beaucoup de travailleurs pauvres, mais cela ne doit pas se faire au détriment de la qualité », décrit Sigrid Monnier.

Une équation compliquée qui, cette année, pousse l’organisme à proposer d’augmenter les loyers de 1 % au lieu des 2,24 % qui paraîtraient souhaitables.

« Les contraintes économiques sont fortes et il nous faut cependant dégager les moyens d’investir pour continuer à construire. Chaque logement coûte autour de 120 000 euros. »

Logique économique

L’OPH met donc en œuvre une démarche spécifique avec, en interne, une équipe pluridisciplinaire qui propose des plans types, pour ce qui concerne les programmes individuels, jusqu’aux premières esquisses. « Si les architectes nous proposent des solutions plus efficaces, on sort des plans types qui ont pour but de faire la chasse à la place perdue. La maîtrise des mètres carrés, c’est aussi un gain pour le locataire », insiste la directrice générale.

Pour le collectif, les logements sont également optimisés. « Cela étant, les façades sont individualisées et on prône l’intégration dans le paysage, ce qui n’empêche pas les architectes d’être imaginatifs et de concevoir du contemporain », poursuit-elle. Le suivi de chantier est également un axe mis en œuvre avec des conducteurs de travaux qui opèrent en lien étroit avec la maîtrise d’œuvre.

L’office, qui enregistre un budget d’investissement de 86 millions d’euros en 2009 (77 millions d’euros en 2008), a également une autre priorité : favoriser le lien social. Sur un effectif de 280 salariés près de 170 sont sur le terrain (personnels techniques, en agence de proximité.). Un volet d’animation de quartier, de médiation plus que jamais nécessaire.

CONTACT

Sigrid Monnier, directrice générale de Gironde Habitat, tél. : 05.57.59.27.58.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Projets 2009-2010

La Teste, résidence Félix-Arnaudin, sept logements individuels et semi-collectifs basse consommation. Date prévisionnelle de livraison : mi-2010.

Mérignac, résidence Les Pins. Opération de renouvellement urbain de 227 logements, en trois tranches. Livraison de la 3e tranche : fin 2011.

Bordeaux, résidence La Verrerie et Yves-Cortez. Sur le site de l’îlot d’Armagnac (périmètre OIN), 93 logements familiaux et 173 logements étudiants. Date prévisionnelle de livraison : mi-2010.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X