Régions La Défense

Avis négatifs contre le projet de fusion Epad-Epasa

>En attendant l’élection, le 4 décembre, du prochain président du conseil d’administration de l’Epad – Jean Sarkozy devrait succéder à Patrick Devedjian – les collectivités locales concernées ont jusqu’au 3 novembre pour donner leur avis sur le projet de création du nouvel établissement public de La Défense-Seine-Arche issu de la fusion de l’Epad et de l’Epasa (établissement public d’aménagement Seine-Arche). Après le conseil régional et la ville de Courbevoie, les communes de Nanterre et Puteaux devaient elles aussi se prononcer contre ce projet.

Le nouvel EPA interviendrait sur un périmètre plus large, passant de 480 ha à 770 ha. Il intégrerait 556 ha des 1 120 ha du territoire de Nanterre et la ZAC des Champs-Philippe, à La Garenne-Colombes. Son conseil d’administration compterait 15 membres (contre 18 aujourd’hui pour l’Epad et 15 pour l’Epasa) : six représentants de l’Etat, huit des collectivités locales et une personnalité désignée par le Premier ministre. La Ville de Paris, qui siège aujourd’hui à l’Epad, ne ferait plus partie du nouveau conseil d’administration.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X