Autres

Avis d’expert « Une dynamique se met en place »

Mots clés : Collectivités locales - Marché de lénergie

Le Grenelle de l’environnement fixe des objectifs éner­gétiques très ambitieux aux collectivités locales. Les jugez-vous réalistes ?

Les experts du groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat nous disent que nous avons sept ans pour réagir avant de risquer l’emballement. Cela exige une politique très volontariste, notamment dans le bâtiment (40 % de notre consommation énergétique). Bâtiments publics basse consommation dès 2010, énergie positive à partir de 2020… : pour moi, ces objectifs ne sont pas irréalistes, même si le défi est grand, surtout dans la rénovation.

Comment les ingénieurs de l’AITF abordent-ils ce défi ?

Par la mobilisation : le groupe de travail Energie compte près de 500 membres, deux fois plus qu’il y a cinq ans. Il y a une vraie dynamique. Représentants des villes, syndicats intercommunautaires, dépar­tements, régions… Tous essaient de confronter leurs expériences et de mutualiser les bonnes pratiques à travers l’organisation de colloques, l’édition de documents… Il y a des gens qui ont bien compris ce challenge, indépendamment de l’âge, de la spécialité ou de la catégorie professionnelle. Il faut s’appuyer sur eux.

Et sur le terrain ?

C’est toute une chaîne qui doit se mettre au travail, de la construction au suivi des consommations. Pour chaque projet, nous avons des degrés de liberté. A nous de faire les bons arbitrages. En préférant les solutions types (*) aux calculs complexes si l’on veut associer les petites entreprises, ce qui est essentiel. Les marges de manœuvre sont importantes. A Montpellier, par exemple, le patrimoine bâti éclairé chauffé consomme deux fois moins qu’il y a vingt ans…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X