Régions

Artois-Picardie Signature d’un premier contrat rural pour le bassin

Mots clés : Droit de l'environnement - Eau

Vingt communes regroupant 8 400 habitants du Santerre au beau milieu des champs de pommes de terre et de betteraves et des usines agroalimentaires, engagent 43 millions de francs HT de travaux dans les trois ans pour résorber les sources de pollution diffuse.

C’est la première fois qu’une communauté de communes rurales entreprend une démarche globale, et signe un contrat pluriannuel avec l’agence de Bassin Artois-Picardie et le conseil général de la Somme.

« Aujourd’hui les gros équipements sont en place en secteur urbain et dans les zones industrielles. Nous devons rééquilibrer l’action de l’agence en direction des zones rurales qui sont gardiennes de l’eau, d’une eau abondante et de qualité. Nous voulons donc offrir aux élus, quelles que soient leurs ressources, les moyens de mettre en place une politique de l’eau », explique Philippe Guillard, directeur de l’agence.

Celle-ci intervient dans cinq domaines : la protection des eaux souterraines, l’entretien écologique des rivières, la consommation des fermes et l’irrigation, l’assainissement, la sensibilisation de la population. Pour protéger le captage, la communauté de communes du Santerre achètera des parcelles pour y installer des bassins tampons et une zone de lagunage, replantera des haies… mais le mode d’entretien reste à choisir suivant l’étude qui aura lieu cette année.

L’agence de bassin met à disposition des spécialistes présents en permanence pour sensibiliser les professionnels comme la population aux risques de pollution des eaux et finance la moitié des investissements.

PHOTO

L’agence de bassin met à disposition des spécialistes pour sensibiliser la population aux risques de pollution des eaux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X