Architecture et urbanisme

ARCHITECTURE Reichen & Robert sur les rangs pour conserver l’île Seguin

Mots clés : Architecture - Dessin - Rénovation urbaine

-Le choix du projet Fortier pour les terrains Renault rouvre le débat sur l’île Seguin : Nouvel veut la classer, Reichen & Robert la restructurer.

En matière de projet urbain, on sait qu’il peut y avoir loin de l’intention à la réalisation. Ainsi à Boulogne, l’adoption du projet Fortier, qui doit servir de toile de fond pour l’élaboration du POS, a relancé le débat sur les terrains Renault alors même que l’on croyait ainsi le clore. Car l’arasement programmé de la « forteresse ouvrière » de l’île Seguin ne laisse décidément pas en paix les architectes. Avant même que Jean Nouvel ne lance son appel au classement de l’île, Philippe Robert reconfigurait l’étude de réutilisation des bâtiments réalisée trois ans plus tôt pour le compte de Renault.

Il a convaincu des investisseurs australiens d’entrer dans la danse. Ceux-ci, Delmo Property Limited et Walker Corporation, cherchent actuellement des partenaires français. Ils se sont montrés d’autant plus ouverts que la filiale australienne de Reichen & Robert est conseil auprès du ministère des Travaux Publics pour la transformation des wharfs du port de Sydney. La restructuration de ces entrepôts sur pilotis, parfois longs de 400 m, en habitations de type loft et en locaux tertiaires, s’avère une réussite commerciale. La nouvelle proposition pour l’île Seguin s’appuie sur la réutilisation partielle du bâti industriel existant, lui associe des bâtiments neufs, et ménage des percées transversales, plantées selon un principe de 50 % des surfaces libérées. Ainsi souligne Philippe Robert, l’île conserve sa silhouette de vaisseau, avec un bâti assez bas, et des parkings (3300 places) installés en partie basse, au niveau du sol actuel.

Ne pas araser le site permet de rester à la cote actuelle, plus haute de six mètres que la cote d’origine. L’île reste ainsi préservée des crues de la Seine, tandis que ses ponts sont maintenus au niveau des voiries existantes. Cette proposition, ajoute l’architecte, est cohérente avec le phasage envisagé par la municipalité de Boulogne, qui doit débuter par l’axe Emile Zola et la pointe amont. Elle présente également l’intérêt de proposer, en promotion privée, une image patrimoniale – et des types d’appartements – différents du modèle néoclassique omniprésent dans les Hauts-de-Seine.

Le maire de Boulogne a, paraît-il, été vivement intéressé par le projet, mais l’a jugé prématuré. Il a invité l’équipe à revenir dans six mois ou un an, lorsque le POS sera actualisé sur l’ensemble du site.

DESSIN : Le « contre-projet » de Reichen & Robert préserve des fragments importants de l’usine (ci-dessus).

Principe d’utilisation de la structure industrielle (ci-dessous) : évidée pour des rues plantées ou patios, couverte pour des galeries, recloisonnée pour des habitations ou bureaux de type loft. Axonométrie d’un bloc de lofts (en bas, à g.), avec parkings en dessous.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X