Régions Bourgogne-Franche-Comté

Appel des HLM à la solidarité territoriale

Mots clés : Logement social

Prendre en compte la spécificité des territoires, c’est la cause que plaide l’Union sociale pour l’habitat (USH) de Bourgogne-Franche-Comté, dans le débat qui oppose les bailleurs sociaux au gouvernement sur la baisse de l’aide personnalisée au logement. Avec une vacance commerciale de 5,2 %, supérieure à la moyenne nationale, la région fait partie des marchés détendus : hormis Dijon et Besançon, l’offre de logements dépasse la demande. Une nouvelle diminution des loyers, qui comptent déjà parmi les plus bas de France, priverait les 33 organismes HLM régionaux de 70 M€ de recettes, soit l’équivalent de 70 % des fonds propres qu’ils affectent à l’investissement. « Avec un recul des investissements de 500 M€ en 2017 à 130 M€ dans les prochaines années, 1 500 logements ne seraient pas construits et plus de 2 000 ne seraient pas rénovés », assure Eric Philippart, président de l’USH régionale.

Rejoints par deux autres régions. Fin novembre auprès de parlementaires, puis début décembre auprès de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, les bailleurs de Bourgogne-Franche-Comté ont plaidé pour une baisse des loyers différenciée, de sorte que les régions en décroissance n’aient pas à financer pas les métropoles. Ils ont été rejoints par les associations HLM de Champagne-Ardenne et d’Auvergne. A défaut, probablement, d’une traduction dans un amendement à la loi de finances qui sera votée cette fin d’année, ils comptent faire inscrire la solidarité territoriale dans le plan logement du gouvernement, au printemps prochain.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X