Actualité

ANMA Une « machine naturelle » pour le ministère

Regroupant les états-majors et l’administration centrale du ministère, la parcelle ouest (5 hectares, 150 000 m 2 ) est le cœur du projet Balard. ANMA y a concentré toute son expérience en matière d’écologie. Objectif : concevoir le ministère comme une « machine naturelle », en composant avec le vent, le soleil et l’air pour assumer, de manière autonome et pendant dix mois de l’année, ses besoins en chauffage, eau chaude et climatisation. L’architecture est intrinsèquement liée à ces dispositifs écologiques : maillage dynamique des bâtiments, pilotis, jardins patios (60 % de la surface au sol) et cheminées aérauliques contribuent à faire circuler l’air, à le rafraîchir naturellement… et à rendre le lieu convivial et confortable. Sa toiture métallique ciselée, intégrant 7 000 m 2 de capteurs solaires, et son enceinte sécurisée blanche dessinent une topographie, insolite et furtive, dans le paysage parisien.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Nocolas Michelin architecte-urbaniste, agence ANMA

C’est un projet qui va inévitablement faire avancer le débat sur l’écologie dans les programmes tertiaires. Aujourd’hui, 90 % des bureaux sont ventilés mécaniquement. A Balard, pour ce programme très dense, nous avons misé sur une ventilation et un rafraîchissement naturels, en recourant à une technologie douce inspirée des tours à vent. C’est un ministère qui sera aussi très performant, avec une consommation énergétique de 44 kWh/m 2 .an, toutes dépenses confondues… Les militaires souhaitent faire de leur ministère une référence, tant en matière de performance énergétique que de confort et de qualité du lieu.
Nicolas Michelin, architecte-urbaniste, agence ANMA

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X