Edito

AMOUR DE L’ART

On aura tout écrit sur le musée du Louvre d’Abu Dhabi – inauguré en novembre dernier par Emmanuel Macron et Cheikh Mohamed ben Zayed Al Nahyan – et la marchandisation de la culture et du patrimoine français qu’il semble induire. En 2007, l’accord signé entre la France et les Emirats arabes unis, prévoyait la concession de la marque Louvre à l’Emirat, le prêt pendant 10 ans des collections d’une douzaine de musées français, l’organisation sur 15 ans d’expositions temporaires par l’Agence France-Muséums, une assistance technique de 30 ans, le tout pour la coquette somme de près d’un milliard d’euros. Sans compter bien sûr la prestation d’une agence d’architecture française, les Ateliers Jean Nouvel, probablement la plus cotée au monde. Exportation du savoir-faire français en matière muséale et artistique ? Exemple accompli du soft power que la France cherche à...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 266 du 11/02/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X